International
URL courte
21257
S'abonner

Israël a affirmé à plusieurs reprises qu’il n’allait pas accepter la présence militaire iranienne en Syrie et cette fois le Premier ministre de l’État hébreu a promis de contrer tout effort de l’Iran pour la renforcer en frappant «en Syrie et partout ailleurs».

Après qu'il y a quelques jours, le chef du gouvernement israélien a qualifié la présence militaire iranienne en Syrie d'«inadmissible», il a tenu des propos encore plus durs sur le sujet.

«Nous allons continuer d'agir contre l'intention [de l'Iran] d'établir une présence militaire en Syrie face à nous, non seulement face au plateau du Golan, mais partout en Syrie», a déclaré mercredi Benjamin Netanyahu.

La semaine prochaine, M.Netanyahu se rendra en Allemagne, en France et au Royaume-Uni pour s'entretenir avec les dirigeants de ces pays. «Je vais leur présenter les récents développements stratégiques dans notre région, qui sont liés aux efforts de mettre fin à l'agression iranienne en Syrie et partout ailleurs», a-t-il affirmé.

Précédemment, M.Netanyahu a indiqué «qu'il n'y avait de place pour la présence militaire iranienne nulle part en Syrie» et que seules les troupes syriennes et russes devraient protéger le territoire syrien près des frontières avec la Jordanie et Israël.

Zeev Elkin, le ministre israélien chargé des affaires de Jérusalem a déclaré vendredi à Sputnik qu'Israël était prêt à prendre des mesures préventives en vue d'empêcher l'Iran de muscler sa présence militaire en Syrie. Selon lui, la présence militaire iranienne dans ce pays présente une menace non seulement pour l'État hébreu, mais aussi pour les autorités syriennes.

Alors que l'armée israélienne a frappé pendant cinq heures les forces iraniennes et les systèmes antiaériens en Syrie, Fady Marouf, journaliste syrien et correspondant de l'agence Prensa Latina à Damas a affirmé au micro de Sputnik qu'il n'y avait pas de bases iraniennes en Syrie. Selon M.Marouf, les cibles, attaquées par Israël le 10 mai, étaient toutes syriennes tandis que «l'Iran n'y était pour rien».

Le secrétaire du Conseil suprême iranien de sécurité nationale Ali Shamkhani a pour sa part indiqué que l'Iran maintiendrait sa «présence consultative» sur le territoire syrien jusqu'à la victoire définitive sur le terrorisme dans le pays.

Lire aussi:

Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
Au moins six morts dans une fusillade en Allemagne
Comment Téhéran pourrait faire s’effondrer les marchés américains
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Tags:
contre-attaque, troupes, présence militaire, agression, Benjamin Netanyahu, Royaume-Uni, Iran, Israël, Syrie, France, Allemagne
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik