Ecoutez Radio Sputnik
    Secrétaire d'État britannique à la Défense, Gavin Williamson

    Le chef de la défense UK regrette-t-il d’avoir dit que «la Russie devrait se taire»?

    © AP Photo / Petros Karadjias
    International
    URL courte
    10234

    Interrogé par la chaîne de télévision ITV, le chef de la défense britannique Gavin Williamson n’a pas réussi à répondre à la question de savoir s’il regrettait ses propos selon lesquels «la Russie devrait partir et se taire». N’ayant pas reçu de réponse claire, le présentateur Richard Madeley a dû mettre fin à l’interview.

    Lors d'une émission de télévision diffusée sur la chaîne de télévision ITV, le présentateur Richard Madeley a demandé au secrétaire d'État britannique à la Défense, Gavin Williamson, s'il regrettait avoir déclaré, en mars, en plein scandale de l'affaire Skripal, que «la Russie devrait se taire».

    «Ne pensez-vous que cela [ses propos sur la Russie, ndlr] était un peu informel?» a demandé M.Madeley.

    En réponse, le secrétaire d'État a commencé à remercier le personnel médical qui avait soigné Sergueï Skripal et sa fille Ioulia. Selon M.Williamson, les médecins britanniques ont fait un travail incroyable.

    «Non, non, M.Williamson. Je vous ai posé une question précise. Nous pourrons féliciter le service médical dans une minute. Regrettez-vous une telle expression informelle? C'est la question. Répondez-y, s'il vous plaît», a insisté M.Madeley.

    Son interlocuteur a continué à éluder la question.

    «Donc, nous avons été témoins d'une attaque horrible sur le sol britannique. Nous avons vu comment un citoyen britannique [Sergueï Skripal, ndlr] et sa fille en ont été les cibles. En fait, le monde entier s'est rallié au Royaume-Uni et a montré à la Russie que nous ne pouvions pas être divisés», a souligné le chef de la défense britannique.

    Mais M.Madeley a répété sa question.

    «M.Williamson, vous ne faites qu'éviter de répondre à ma question. Je ne vous pose pas des questions en mon nom propre, mais en celui de nos spectateurs. C'est pourquoi je vous demande de répondre à cette question pour nos spectateurs. Regrettez-vous d'avoir dit à un État de «se taire et de partir»?», a-t-il répété.

    Richard Madeley a fait plusieurs autres tentatives pour obtenir une réponse claire de Gavin Williamson, qui ne l'a jamais donnée. Le présentateur a alors décidé de mettre fin à l'interview.

    «Il est clair que vous n'entendez pas répondre, n'est-ce pas? D'accord, l'interview est terminée», a conclu Richard Madeley.

    Le 15 mars, en évoquant une possible réaction de Moscou à la décision de Theresa May d'expulser des diplomates russes en lien avec l'affaire Skripal, Gavin Williamson a déclaré que la «Russie devrait partir et se taire».

    Le 4 mars dernier, l'ex-agent russe Sergueï Skripal et sa fille avaient été retrouvés inconscients aux abords d'un centre commercial de Salisbury en Angleterre. Une semaine plus tard, la Première ministre britannique, Theresa May, avait accusé la Russie d'être derrière l'empoisonnement des Skripal, sans toutefois présenter de preuves pour appuyer ses allégations, avant d'expulser 23 diplomates russes du Royaume-Uni.

    La Russie a toujours démenti les allégations de Londres. Début avril, les chercheurs du laboratoire britannique de Porton Down avaient reconnu ne pas être en mesure d'établir le pays d'où provenait l'agent innervant utilisé dans cette tentative d'assassinat. Le gouvernement russe a à plusieurs reprises demandé à Londres de lui permettre de participer à cette enquête.

    Lire aussi:

    Moscou aurait surveillé Skripal pendant des années? La diplomatie russe réagit
    Moscou commente la réaction de Paris aux 10 questions concernant l'affaire Skripal
    Les médias UK n'écrivent sur les Skripal qu'avec l'approbation des autorités
    Tags:
    empoisonnement, espionnes, interview, questions, présentateur de télévision, regrets, déclaration, Gavin Williamson, Sergueï Skripal, Ioulia Skripal, Theresa May, Angleterre, Salisbury, Londres, Royaume-Uni, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik