International
URL courte
291177
S'abonner

En dépit des assertions d'Israël, il n'y a pas de troupes iraniennes en Syrie, mais il y a des conseillers militaires iraniens, a indiqué le Président Assad.

Bachar el-Assad s'est prononcé sur la présence de troupes iraniennes sur le territoire syrien dans une interview accordée à la chaîne RT.

«Sur notre territoire, il n'y a pas — et il n'y a jamais eu — de troupes iraniennes. On n'aurait pas pu les cacher. Et si c'était le cas, nous ne les cacherions pas», a-t-il tenu à souligner.

Il a également indiqué que dans le pays, il y avait des officiers iraniens «qui épaulaient l'armée syrienne», mais qu'il ne s'agissait pas «de troupes iraniennes».

«Le fait suivant est celui qui démontre le mieux le mensonge israélien sur la présence de militaires iraniens en Syrie: il y a quelques semaines, les Forces aériennes d'Israël ont effectué des frappes contre notre territoire. De leur propre aveu, elles auraient pris pour cible des bases et des camps iraniens. Cependant, parmi les victimes, il y avait des dizaines de Syriens et pas un seul Iranien. Ainsi, toutes ces assertions sont des mensonges», a conclu le Président syrien.

Le 29 avril, des positions de l'armée syrienne situées dans les provinces d'Hama et d'Alep ont subi une attaque de missiles dont l'auteur n'a pas été identifié. Israël, qui a récemment bombardé à plusieurs reprises le territoire syrien au prétexte de vouloir empêcher des groupes, dont le Hezbollah qui soutient le Président syrien, de s'emparer d'armes sophistiquées, a refusé de commenter cette attaque.

Lire aussi:

«Conte dit à une Europe morte d'aller se faire foutre», divorce à l'italienne entre Rome et l'UE?
Édouard Philippe prolonge le confinement pour deux semaines
Covid 19: un cardiologue camerounais met en garde contre le traitement du professeur Raoult
La vague épidémique est «extrêment élevée» et les jours à venir vont être «difficiles», alerte Édouard Philippe
Tags:
troupes, Bachar el-Assad, Iran, Syrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook