Ecoutez Radio Sputnik
    Google

    Diffamation délibérée? Google qualifie les Républicains californiens de «nazis»

    © AP Photo / Jeff Chiu
    International
    URL courte
    548

    La «fiche info» de Google a classifié les Républicains californiens comme étant «nazis» ce qui a provoqué l’indignation des membres de ce parti. Cet incident intervient à l’approche de primaires en Californie ce qui suscite des doutes sur son caractère accidentel.

    Google s'est retrouvé dans une situation épineuse après que le nazisme a été indiqué dans une «fiche info» comme étant l'idéologie officielle du parti républicain de Californie (CAGOP). Bien que Google affirme qu'il ne s'agit pas d'une «modification manuelle» faite par ses services, certains Républicains accusent l'entreprise de «diffamation» de leur parti.

    Cette erreur a été remarquée par Eric Wilson, stratège politique, qui l'a signalée sur sa page Twitter.

    Plus tard, M.Wilson a écrit que Google devait «demander pardon pour avoir qualifié les Républicains de nazis».

    Le porte-parole de Google a, à son tour, expliqué à FoxNews qu'il était probable que cette erreur soit le résultat d'un acte de «vandalisme».

    «Il ne s'agit pas du résultat d'une modification manuelle […] Nous n'influençons pas les résultats de recherche en faveur de quelque parti politique que ce soit », a-t-il précisé.

    Google a ultérieurement enlevé la section «idéologie» de la «fiche info» des Républicains de Californie tandis que la page des Démocrates en a toujours une.

    Cet incident intervient quelques jours avant que les Californiens doivent se rendre dans les bureaux de vote pour des primaires qui auront lieu le 5 juin.

    Lire aussi:

    Filtre anti-fake de Google: les médias mainstream sont-ils les seuls crédibles?
    Google vous écoute en permanence. Voici comment trouver les enregistrements!
    WSJ: Google rémunère des chercheurs pour se montrer sous un jour favorable
    Tags:
    primaire, diffamation, congrès, nazis, Google, Californie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik