International
URL courte
16522
S'abonner

Nathan Larson, un homme qui plaide pour la pédophilie, la suprématie blanche et la violence sexuelle, et qui a passé 16 mois en prison pour avoir menacé de tuer le Président, se présentera aux élections du Congrès, relate le journal USA Today.

Nathan Larson, âgé de 37 ans et travaillant en tant que comptable à Charlottesville, se présentera comme candidat indépendant du 10ème district de Virginie lors des élections du Congrès à venir. De son propre aveu, il s'identifie comme «un libertarian quasi-néoréactionnaire», indique le quotidien USA Today.

Публикация от @elite_agenda 1 Июн 2018 в 3:30 PDT

Selon le journal, M. Larson serait un partisan des idées d'Adolf Hitler, appelant à réinstaurer la «suprématie de la race blanche» et le patriarcat, à abolir la législation du travail pour les enfants et à légaliser les mariages précoces.

En outre, poursuit le quotidien, il a été condamné en 2009 à seize mois d'emprisonnement pour avoir menacé de tuer le Président des États-Unis.

Son programme électoral comprend la légalisation des drogues, l'abolition de toutes les restrictions concernant le port d'armes à feu, ainsi que l'achèvement des campagnes militaires des États-Unis partout dans le monde.

D'ailleurs, Nathan Larson n'est pas le seul candidat controversé du 10ème district. Dan Helmer, qui a comparé Donald Trump avec l'ancien chef d'Al-Qaïda* Oussama ben Laden, s'est également porté candidat dans l'État de Virginie.

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Trump va-t-il bombarder l’Iran pour éviter un nouvel accord nucléaire avec Biden?
L'armée américaine se préparerait à frapper l'Iran, selon un spécialiste israélien
Un homme tabassé par trois policiers à Paris, qui ont de plus menti dans leur rapport – vidéo choc
Le ministre marocain de la Santé explique que l’hydroxychloroquine est la cible de l’industrie pharmaceutique - exclusif
Tags:
suprémacisme blanc, racisme, Congrès des États-Unis, Virginie, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook