International
URL courte
8331
S'abonner

Un sénateur russe et un ancien ambassadeur américain se sont lancés des piques sur Twitter au sujet de l’attachement des locataires de la Maison-Blanche aux valeurs démocratiques. Selon le responsable russe, Donald Trump n’est pas le premier Président américain qui se moque de la démocratie dans d’autres pays.

Le sénateur russe Alexeï Pouchkov a réagi à la publication de Michael McFaul, ancien ambassadeur américain en Russie, qui a mis en cause l'attachement de Donald Trump à la démocratie américaine. Selon M. Pouchkov, le prédécesseur de l'actuel locataire de la Maison-Blanche ne s'en souciait pas non plus.

«Vous croyez que [Barak, ndlr] Obama et Hillary Clinton se souciaient de la démocratie en Libye? La seule chose qui les intéressait était le meurtre de Kadhafi. Rappelez-vous la phrase d'Hillary: "Nous sommes venus, nous avons vu, il est mort!"».

Auparavant, Michael McFaul s'est interrogé sur sa page Twitter sur les intentions de Donald Trump en Iran.

«Trump ne se soucie pas des droits de l'homme en Russie, en Corée du Nord, en Egypte, en Arabie saoudite, en Chine etc. Je ne suis même pas sûr qu'il se soucie vraiment de la démocratie américaine. Pourquoi donc les gens pensent qu'il s'engage sincèrement à promouvoir des changements démocratiques en Iran?»

​Alexeï Pouchkov et Michael McFaul s'étaient déjà pris en grippe en ligne sur plusieurs questions, dont le rattachement de la Crimée à la Russie et le classement de Sputnik et de RT comme agents étrangers aux États-Unis.

Lire aussi:

Trump annonce que son pays met fin à ses relations avec l'OMS
«Nous nous dirigeons vers un drame économique et social inédit» en France
Au Maghreb, les sites porno imbattables même face au Covid-19 - exclusif
Ancien sous-préfet, chargé du maintien de l’ordre: «désormais, j’ai peur de la police»
Tags:
démocratie, valeurs, Twitter, Inc, Donald Trump, Michael McFaul, Hillary Clinton, Alexeï Pouchkov, Barack Obama, Libye, Iran, États-Unis, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook