International
URL courte
24335
S'abonner

Le commissaire européen Gunther Oettinger semble avoir une attitude ferme face à l’arrivée des partis de droite au pouvoir en Italie, sans toutefois en avoir peur. Selon lui, la pression des marchés peut faire les faire changer d’avis. Ses propos ont été qualifiés de «menaces» par le leader du M5S.

Dans une interview accordée à la Deutsche Welle Gunther Oettinger, le commissaire européen au Budget et aux Ressources humaines a déclaré ne pas avoir peur du renforcement des partis de droite en Italie puisque, selon lui, les marchés financiers et l'état de l'économie italienne convaincront les électeurs de ne plus voter en faveur des partis «populistes». Ces propos ont été mal pris non seulement par les politiciens italiens, mais aussi par certains responsables européens.

«Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter», a-t-il lancé, en soulignant que le processus de la formation d'un gouvernement en Italie avait déjà «assombri» la situation économique en Italie, en influençant le marché des obligations publiques et la valeur marchande des banques.

Cette déclaration n'est pas passée inaperçue par le leader de la Ligue, Matteo Salvini, qui a appelé à la démission de M. Oettinger.

«Incroyable. A Bruxelles, ils sont sans vergogne[…] Si ce n'est pas une menace… Je n'ai pas peur, #lesItaliensdabord!»

​Le groupe du Mouvement 5 Etoiles (M5S) au sein du Parlement européen a qualifié cette déclaration de «manipulations», en appelant le président de la Commission européenne à la rétracter.

​Donald Tusk, le président du Conseil européen, a lui aussi corrigé le commissaire européen, en lançant un «appel à toutes les institutions de l'Union européenne» sur le réseau social Twitter.

«S'il vous plaît, respectez les électeurs. Nous sommes là pour les servir, pas pour leur faire la leçon.»

​Vendredi après-midi, le nouveau Premier ministre italien, Giuseppe Conte, a prêté serment sur la Constitution en présence du Président de la République Sergio Mattarella.

La veille il a annoncé la composition du nouveau gouvernement. Le secrétaire fédéral de la Ligue, Matteo Salvini, a été proposé au poste de ministre de l'Intérieur tandis que le dirigeant du Mouvement cinq étoiles (M5S), Luigi Di Maio, a été appelé à prendre la tête d'un nouveau ministère qui rassemblera les portefeuilles de l'Industrie et du Travail.

Lire aussi:

Historique: le PSG se qualifie pour les demi-finales de la Ligue des champions pour la 1ère fois depuis 1995
La police biélorusse ouvre le feu, avec des fusils à pompe, sur des personnes criant depuis leurs balcons
Macron a appelé Poutine pour discuter du vaccin russe contre le Covid-19 et de la Biélorussie
Tags:
élections, Mouvement 5 Etoiles (M5S), Parlement européen, Commission européenne, Italie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook