Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu

    Netanyahu: Israël libre d’agir contre toute présence militaire iranienne en Syrie

    © REUTERS / Ronen Zvulun/File Photo
    International
    URL courte
    34852

    Tel Aviv fera face aux projets iraniens d’expansion au Proche-Orient, notamment en Syrie, a déclaré dimanche le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, lors d’une réunion de son gouvernement.

    Israël se réserve le plein droit d’agir contre les tentatives de l’Iran de consolider sa présence militaire dans n’importe quelle partie de la Syrie, a déclaré dimanche Benjamin Netanyahu.

    «Israël se réserve et se réservera le droit d’agir en toute liberté contre toute présence militaire iranienne en Syrie», a déclaré le Premier ministre, cité par la presse.

    Et de souligner encore une fois qu’Israël fera face aux «projets agressifs de l’expansion iranienne au Proche-Orient, notamment en Syrie» et qu’il ne laissera pas Téhéran se doter de l’arme nucléaire.

    Rappelons que samedi, la Dixième chaîne de la télévision israélienne avait informé, se référant à un fonctionnaire anonyme, que le Premier ministre Netanyahu avait déclaré que Tel Aviv se réservait le droit d’attaquer les forces iraniennes en Syrie cette semaine, lors des conversations téléphoniques avec le Président Vladimir Poutine et le chef de la diplomatie américaine Mike Pompeo.

    Le Premier ministre Netanyahu a accusé début mai l'Iran de déployer des «armes très dangereuses» en Syrie dans le cadre d'une campagne visant à menacer Israël. La Syrie insiste sur le fait que seuls des conseillers militaires iraniens sont présents sur son sol.

    Lire aussi:

    Un avion d'Air France reliant Moscou et Paris envoie un signal de détresse
    Qu'a dit Poutine sur les Gilets jaunes que les médias français ont omis?
    Un Boeing 757 subit de graves dommages lors d'un atterrissage d’urgence aux Açores – vidéo
    Tags:
    présence militaire, Benjamin Netanyahu, Proche-Orient, Israël, Syrie, Iran
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik