International
URL courte
10340
S'abonner

Le Qatar prévoit d'acheter des systèmes de défense antiaérienne S-400 à la Russie et prendra une décision conforme à ses intérêts, malgré les critiques formulées par l'Arabie saoudite, a déclaré le président du parlement qatari.

En ce qui concerne les projets d'achat à la Russie des systèmes de missiles S-400, l'Arabie saoudite n'a pas le droit de s'ingérer dans les décisions du Qatar qui agira en fonction de ses intérêts, a déclaré le président du Conseil consultatif (parlement) qatari, Ahmed ben Abdallah al-Mahmoud.

«Nous prendrons une décision qui sera conforme à nos intérêts», a-t-il noté.

Il a fait remarquer que le Qatar appréciait ses relations avec la Russie et n'écouterait pas ceux qui tentent d'imposer au pays ce qui profite à des tiers.

Les représentants de l'Arabie saoudite n'ont pas le droit de s'ingérer dans les décisions du pays et ils ne réussiront pas à le faire, a-t-il ajouté.

Selon Le Monde, l'Arabie saoudite a demandé à Paris de faire pression sur le Qatar afin de l'empêcher d'acquérir le système russe de défense antiaérien sophistiqué.

«Le royaume serait prêt à prendre toutes les mesures nécessaires pour éliminer ce système de défense, y compris une action militaire», a écrit le monarque saoudien dans une lettre adressée à Emmanuel Macron. Avant de lui demander son aide pour empêcher la vente et préserver la stabilité de la région.

L'ambassadeur du Qatar à Moscou, Fahad Bin Mohamed Al-Attiyah, avait précédemment annoncé que Doha examinait avec Moscou l'éventualité de l'achat de systèmes de défense antiaérienne russes. Les médias précisaient que le Qatar était grandement intéressé par les S-400.

La Russie et le Qatar ont signé l'année dernière un accord intergouvernemental sur la coopération militaro-technique dans le cadre de la visite à Doha du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un poisson saute hors de l’eau et transperce le cou d’un pêcheur – photo choc
Une Chinoise venant de Wuhan dupe les autorités françaises et entre à Paris avec de la fièvre
«Malaise identitaire français»: à qui la faute?
Tags:
Fahad Bin Mohammed Al-Attiyah, missiles sol-air, intérêts nationaux, décision, S-400, Le Monde, Sergueï Choïgou, Ahmed ben Abdallah al-Mahmoud, Emmanuel Macron, Paris, Russie, Moscou, France, Riyad, Arabie Saoudite, Doha, Qatar
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik