Ecoutez Radio Sputnik
    euro

    Paris, Berlin et Londres exigent des USA qu’ils ne sanctionnent pas leurs sociétés en Iran

    © Sputnik . Vladimir Trefilov
    International
    URL courte
    58393

    La France, l’Allemagne et le Royaume-Uni ont appelé Washington à renoncer à l’idée de frapper de sanctions les entreprises européennes opérant en Iran, apprend-on d’une lettre conjointe des ministères des Affaires étrangères des trois pays.

    Les chefs des ministères des Affaires étrangères et des ministères de l’Économie de la France, de l'Allemagne et du Royaume-Uni demandent au département d’État américain et au département du Trésor US d'abandonner les sanctions contre les entreprises européennes qui travaillent en Iran, apprend-on d’un tweet de Bruno Le Maire, ministre français de l’Économie et des Finances, qui a publié la lettre conjointe.

    Adressée à Mike Pompeoet et Steven Mnuchin, la lettre en question a été cosignée par Bruno Le Maire, Jean-Yves Le Drian, Olaf Scholz, Heiko Maas, Peter Altmaier, Philip Hammond, Boris Johnson et Federica Mogherini, le haut représentant de l'Union européenne pour les affaires étrangères et la politique de sécurité. 

    Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre plusieurs grandes puissances et l'Iran, qui avait accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Les États-Unis ont ainsi rétabli leurs sanctions visant l'Iran ainsi que les entreprises ayant des liens avec Téhéran et qui ont jusqu'à 180 jours pour se retirer de la République islamique.

    Lire aussi:

    Paris, Berlin et Londres demandent des exemptions des sanctions US visant l'Iran
    Sanctions US contre l’Iran: «une arme» qui détruit les richesses françaises, selon Bercy
    Sanctions US contre l’Iran: la France confrontée à un choix difficile
    Tags:
    lettre, sanctions, Bruno Le Maire, Europe, Iran, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik