International
URL courte
1053
S'abonner

Les indépendantistes du Sahara occidental ont adressé une lettre aux Nations unies appelant à organiser le plus vite possible des négociations avec le Maroc.

Le Front Polisario, qui revendique depuis 1975 l'indépendance du Sahara occidental, a lancé un appel au Conseil de sécurité pour «organiser des négociations directes entre les parties du conflit sahraoui», dont Polisario et le Maroc, dans les plus brefs délais possibles.

Dans une lettre adressée aux Nations unies, le Front se déclare disposé à engager des négociations sans conditions préalables avec le Maroc «devant mener à l'exercice par le peuple sahraoui de son droit inaliénable d'autodétermination, conformément à la résolution 2414 du Conseil de sécurité», relate le site Sahara Presse Service.

Selon le document, le récent renouvellement du mandat de la Mission des Nations unies pour le référendum au Sahara occidental (MINURSO), dont l'objectif principal consiste à «veiller à l'organisation d'un référendum d'autodétermination du peuple sahraoui», constitue «un point positif».

D'une superficie de 266 000 km2, le Sahara occidental est le seul territoire du continent africain au statut post-colonial non réglé. Le Maroc contrôle 80% de la région, tandis que le Front Polisario 20%.

Soutenu par l'Algérie, le Front réclame la tenue d'un référendum d'autodétermination de la région, mais Rabat est hostile à toute autre solution que l'autonomie sous sa souveraineté.

Lire aussi:

Une «violente altercation» éclate entre deux avocats lors du procès Sarkozy, l’audience suspendue
Des outils d’espionnage télécoms israéliens ont été détectés dans ces quatre pays européens
Macron n’inspire plus confiance aux Français et recourt à l’«autodéfense agressive», selon la presse allemande
Des passagers maîtrisent un homme avec une crosse dépassant de son sac dans le TER
Tags:
indépendance, référendum, négociations, Minurso, Front Polisario, Conseil de sécurité de l'Onu, Sahara occidental, Maroc
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook