Ecoutez Radio Sputnik
    Kremlin

    Un ancien conseiller de la diplomatie canadienne s’élève contre les poncifs antirusses

    © Sputnik . Vladimir Sergeev
    International
    URL courte
    Jérôme Blanchet-Gravel
    4261

    L’image de la Russie et de sa diplomatie est-elle faussée dans les médias et les milieux diplomatiques au Canada et aux États-Unis? Assurément pour Jocelyn Coulon, un proche de l’ancien ministre des Affaires étrangères canadien. Il s’attache pour Sputnik à identifier et corriger ces biais.

    Isolée et agressive, la diplomatie russe sous Vladimir Poutine? C'est contre ces clichés que Jocelyn Coulon, ancien conseiller politique de Stéphane Dion, ministre des Affaires étrangères du Canada en 2016-2017, s'est récemment élevé dans une tribune parue dans le journal montréalais La Presse. Sputnik l'a contacté pour en savoir plus.

    Pour Jocelyn Coulon, qui est maintenant chercheur au Centre d'études et de recherches internationales de l'Université de Montréal, la Russie est loin d'être aussi isolée diplomatiquement que ne le laissent entendre de nombreux commentateurs en Amérique du Nord. Par exemple, le 27 mars dernier, le doctorant Shashank Joshi, de l'Université de Harvard, écrivait sur le site de CNN que l'isolement de la Russie était devenu « extraordinaire », bien que pas « absolu ». Un refrain repris en cœur par les commentateurs anglo-saxons.

    « Les pays européens ont la diplomatie de leur géographie »

    La vision de Jocelyn Coulon tranche beaucoup avec celle de la plupart de ses collègues. Dans son article, il rappelle que la Russie a récemment été l'hôte de grands représentants du « monde libre », preuve qu'elle n'est pas si « boudée » par les grandes puissances. En entrevue, il rappelle aussi que des pays comme la Grèce et l'Italie souhaiteraient que les sanctions économiques de l'Union européenne contre la Russie soient levées.

    Tous les États européens n'ont pas intérêt à s'aliéner Moscou. Rappelons que le jeune vice-chancelier et président du Parti de la liberté d'Autriche (FPÖ), Heinz-Christian Strache, a récemment manifesté son intention de mettre un terme aux sanctions antirusses qui nuisent selon lui à l'économie autrichienne. Jocelyn Coulon fait remarquer que

    « les pays européens ont la diplomatie de leur géographie ». « On ne se met pas à dos un pays qui est à deux heures d'avion. C'est pareil pour le Canada, qui ne peut se permettre de réduire ses liens avec les États-Unis. Économiquement, ce serait une catastrophe.»

    L'ex-conseiller confirme que l'isolement diplomatique et stratégique de la Russie relève souvent d'une vision fantasmée entretenue dans les médias canadiens et américains.

    « Les médias nord-américains doivent faire un effort supplémentaire de compréhension et d'analyse »

    Malgré leur connaissance des relations internationales, de nombreux spécialistes conservent de ce pays une image négative datant de la Guerre froide. il est de plus courant dans les médias de séparer le monde en deux camps: les bons et les méchants.

    Coulon donne l'exemple du traitement médiatique du conflit en Syrie qu'il compare à la couverture de l'invasion américaine en Irak en 2003. Un traitement qu'il juge inéquitable:

    « les Russes ne sont pas les seuls dans le monde à soutenir des régimes critiqués ou à intervenir militairement dans des régions où se déroulent des conflits. Les médias nord-américains doivent faire un effort supplémentaire de compréhension et d'analyse. Quand il est question de la Russie, les médias européens sont souvent plus objectifs.»

    Le chercheur souligne par ailleurs que les relations diplomatiques entre la Russie et le Canada n'ont aucunement évolué ces dernières années. Régulièrement, le Canada renouvelle ses sanctions économiques à l'encontre du plus vaste pays du monde. Coulon précise que le Canada a adopté en octobre 2017 une loi analogue à la loi Magnitski aux États-Unis, qui instaure des sanctions économiques et des interdictions de visas pour certains fonctionnaires russes.

    « L'Ukraine occupe une place disproportionnée dans la politique étrangère canadienne »

    Dans un livre intitulé Un Selfie avec Justin Trudeau, publié récemment aux éditions Québec Amérique, Coulon critique sévèrement la politique étrangère menée par l'actuel Premier ministre canadien. En plus d'être assez négligée, la politique internationale de Trudeau ne serait pas du tout celle qu'il avait annoncée durant la campagne électorale de 2015. Elle s'inscrirait plutôt dans la continuité de celle qu'avait le gouvernement conservateur sous Stephen Harper de 2006 à 2015.

    Jocelyn Coulon explique aussi dans cet ouvrage que la politique du Canada à l'égard de la Russie dépend quasi uniquement de sa relation avec l'Ukraine. Il écrit que l'Ukraine « occupe une place disproportionnée dans la politique étrangère canadienne depuis une douzaine d'années ». Deux principales raisons expliquent ce constat: l'existence d'un important électorat composé de citoyens d'origine ukrainienne sur le territoire canadien et l'appartenance du Canada à l'OTAN, une organisation qui s'est employée à étendre sa présence sur les anciens États communistes pour les « protéger de l'influence russe ». 

    Lire aussi:

    Justin Trudeau «s’inscrit dans la philosophie de l’internationalisme libéral»
    Sanctions du Canada: la réponse symétrique de Moscou
    L’ambassade russe au Canada qualifie d’«insensé» le nouveau train de sanctions
    Tags:
    diplomatie, Canada, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik