International
URL courte
21103
S'abonner

La France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont demandé à Washington des exemptions aux sanctions US pour leurs entreprises qui «ont commencé ou conclu des contrats» en Iran depuis l'entrée en vigueur de l'accord sur son dossier nucléaire.

Sur fond de montée de tensions entre Washington et Téhéran, la France, l'Allemagne et le Royaume-Uni ont demandé des exemptions des sanctions américaines pour leurs entreprises présentes dans la République islamique.

«En tant qu'alliés, nous attendons des États-Unis qu'ils s'abstiennent de prendre des mesures qui feraient du tort aux intérêts de défense européens», lit-on dans une lettre adressée par les ministres européens au secrétaire d'État Mike Pompeo et au secrétaire au Trésor Steven Mnuchin, publiée par le ministre français des Finances Bruno Le Maire sur sa page Twitter.

​Les auteurs de la lettre, signée entre autres par la chef de la diplomatie européenne Federica Mogherini, se déclarent persuadés que l'actuel accord sur le nucléaire iranien est «le meilleur moyen pour parvenir à empêcher que l'Iran se dote de l'arme nucléaire».

Dans son tweet, M.Le Maire demande à Washington «une exemption de toute sanction extraterritoriale américaine pour les entreprises européennes opérant légitimement en Iran et qui doivent pouvoir continuer à le faire».

Parmi les secteurs qui ne doivent pas, selon les ministres, être visés par les sanctions américaines figurent notamment l'aviation civile, l'industrie pharmaceutique et l'énergie.

Lire aussi:

Projectiles, véhicules incendiés, gaz lacrymogène: la manifestation contre la loi Sécurité globale dégénère à Paris
Ne pas consommer cet aliment engendrerait diverses maladies graves, dont le cancer
L'hommage de Macron à Maradona indigne le Venezuela qui le tacle sur les Gilets jaunes
Avions cloués au sol, navires à quai: malgré des crédits en hausse, l’armée française démunie
Tags:
armes nucléaires, Plan global d'action conjoint (JCPOA), programme nucléaire iranien, sanctions, Federica Mogherini, Bruno Le Maire, Mike Pompeo, Steven Mnuchin, États-Unis, Iran
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook