Ecoutez Radio Sputnik
    Anders Fogh Rasmussen

    Et si une guerre éclatait entre Moscou et Kiev? Rasmussen raconte qui la gagnerait

    © AP Photo / Virginia Mayo
    International
    URL courte
    42923

    Même si l’Ukraine a augmenté son potentiel militaire au cours des dernières années, craignant une éventuelle «menace» qui émanerait de la Russie, «les troupes russes pourraient occuper l'Ukraine en quelques jours», a dit dans une interview à Die Welt Anders Fogh Rasmussen, ex- secrétaire général de l’Otan et ancien Premier ministre danois.

    L'ex-secrétaire général de l'Otan et ancien Premier ministre danois, Anders Fogh Rasmussen, a donné une interview au quotidien allemand Die Welt où il a évoqué une éventuelle occupation de l'Ukraine par la Russie…

    «Si la Russie le voulait, les troupes russes pourraient occuper l'Ukraine en quelques jours, en dépit du fait qu'au cours des deux ou trois dernières années, l'Ukraine a augmenté son potentiel militaire», a-t-il dit au média allemand.

    En même temps, M. Rasmussen a souligné que la Russie pouvait adhérer à l'alliance à tout moment, à condition qu'elle remplisse les critères nécessaires. Le seul inconvénient est que Moscou n'est pas pressé de frapper à la porte de l'Otan.

    «Cependant, jusqu'à présent, l'Otan n'a pas reçu de déclaration pertinente de Moscou, et franchement, je ne pense pas que quelque chose va changer dans un proche avenir», a-t-il conclu.

    Dans le sillage du conflit qui affecte le sud-est de l'Ukraine, l'Otan a suspendu sa coopération civile et militaire avec la Russie. En juillet 2016, les deux parties ont repris le dialogue diplomatique dans le cadre du Conseil Otan-Russie.

    Dans le même temps, l'Alliance atlantique a donné son feu vert au déploiement, depuis 2017, de quatre bataillons multinationaux dans les pays baltes et en Pologne.

     

    Lire aussi:

    L'Ukraine dans l'Otan: ce n'est pas pour demain, selon Washington
    Porochenko est certain de l'adhésion de son pays à l'Otan
    Stoltenberg: l’Otan ne veut pas d’une nouvelle «guerre froide» avec la Russie
    Tags:
    guerre, OTAN, Anders Fogh Rasmussen, Ukraine, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik