Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan précise dans quel cas Ankara frapperait le nord de l’Irak

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    71114

    La Turquie ne reculera devant rien si les autorités irakiennes s’avèrent incapables de contenir la menace présentée par certains groupuscules kurdes, a déclaré le Président du pays. Selon lui, Ankara pourrait ainsi mener des frappes contre trois régions du nord de l’Irak.

    Ankara entend frapper les régions irakiennes de Kandil, Sinjar et Makhmur si Bagdad ne réussit pas à les «nettoyer» de la présence de groupes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) interdit en Turquie, a déclaré Recep Tayyip Erdogan jeudi lors d'une interview télévisée.

    «S'il y a la moindre menace envers la Turquie venant d'Irak, et parfois cela arrive, nous en parlerons à Bagdad. Si Bagdad dit "je ne peux pas résoudre cela", nous ne demanderons d'autorisation à personne, nous frapperons Sinjar, et nous frapperons Kandil, et même Makhmur», a-t-il ainsi lancé.

    Auparavant, le ministre de l'Intérieur turc Suleyman Soylu avait annoncé que les forces armées turques avaient pris le contrôle de nombreuses positions auparavant tenues par les Kurdes dans le nord de l'Irak. Selon lui, Kandil, où se trouve l'état-major du PKK, «deviendra un endroit sûr pour la Turquie».

    Le conflit kurde a repris de plus belle en 2015 après la rupture de la fragile trêve qui a mis fin aux espoirs d'une résolution à court terme de cette crise, qui a fait plus de 40.000 victimes depuis 1984.

    Lire aussi:

    L’armée turque avance dans le nord de l’Irak
    Ankara menace de mener une opération militaire contre les Kurdes dans le nord de l’Irak
    Les Kurdes «n’admettront pas d’invasion turque» sur leur territoire
    Tags:
    frappes, Kurdes, Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK), Suleyman Soylu, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Irak
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik