Ecoutez Radio Sputnik
    Téhéran

    Accord sur le nucléaire iranien: Macron parviendra-t-il à reprendre la situation en main?

    © Fotolia / Emanuele Mazzoni
    International
    URL courte
    1018

    La France saura-t-elle convaincre Téhéran de conclure un nouvel accord nucléaire qui soit signé par tous les parties, y compris par les États-Unis? Dans un commentaire à Sputnik, un sénateur russe estime qu’aucune partie en Iran ne soutient cette initiative, le pays honorant pleinement l’accord signé en 2015.

    La France cherchera à ramener Washington et Téhéran à la table des négociations et souhaite enrichir de clauses nouvelles l’accord sur le nucléaire iranien, dont les États-Unis se sont récemment retirés, pour garantir que la période couverte par ce document durera plus longtemps que prévu, a fait récemment savoir à Sputnik François Nicoullaud, ancien ambassadeur de France à Téhéran. Cette initiative portera-t-elle ses fruits?

    Comme l’estime Igor Morozov, membre du comité du Conseil de la Fédération (chambre haute du parlement russe) pour les affaires étrangères, il est difficile d’imaginer un nouvel accord, lorsqu’en Iran on refuse catégoriquement tout amendement à celui signé en 2015», a-t-il déclaré dans son commentaire à Sputnik. Les forces conservatrices, soutenues par le guide suprême de la République islamique, ont déjà clairement fait connaître leur position: il faut dans ce cas renoncer à l’accord et poursuivre le programme nucléaire du pays, explique-t-il.

    «Il est difficile d’imaginer l’Iran accepter un nouvel accord. Il n’y a tout simplement pas de partisans [de cette initiative, ndlr], car l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien est pleinement honoré, ce que soulignent les inspecteurs de l’AIEA», a expliqué le sénateur, soulignant que le fait qu’une fois de plus Washington ne respecte pas ses engagements n’est point de la responsabilité de l’Iran.

    Selon lui, la République islamique n’acceptera de négocier, et le Président de ce pays l’a déjà indiqué, que dans le cadre de  5+1 et seulement si les Européens parviennent à influencer les Américains. «Comme nous comprenons que c’est impossible, il est peu probable qu’on puisse obtenir des Iraniens qu’ils participent au processus de négociations sur l’Accord de Vienne sur le nucléaire».

    Et de rappeler que cet accord était prévu pour dix ans, période à l’issue de laquelle l’Iran aurait eu le droit de poursuivre son programme nucléaire pacifique dans le cadre défini de l’accord de l’AIEA. «Mais qu’est-ce que demandent les Américains? Que l’accord soit illimité et que les autorités iraniennes mettent un terme au programme nucléaire et changent leur cap politique au Proche-Orient», a-t-il rappelé.

    En d’autres termes, estime le sénateur, il s’agit d’une ingérence directe dans les affaires de la République islamique. «D’où la conclusion que les tentatives de Macron de maîtriser la situation et de devenir médiateur sur un nouvel accord sont vouées à l’échec», résume M.Morozov.

    Igor Morozov a en outre souligné que «les Américains ont de nouveau fait fi des documents internationaux qu’ils signent et la nouvelle administration ignore les documents signés par ses prédécesseurs. Il se fait que la communauté internationale dépend des cycles présidentiels des États-Unis, ce qui ne doit pas se faire. Je pense que l’accord nucléaire fera ressentir à la communauté internationale dans son ensemble, y compris aux alliés des Américains les plus proches, l’insécurité du système de l’ordre mondial et comprendront qui l’ébranle».

    Comme Washington étend depuis longtemps sa juridiction sur l’ensemble de l’Europe, des compagnies européennes, dont Total, qui venaient de faire leur entrée dans l’économie iranienne ont dû aussitôt se retirer du marché.

    «Airbus ne peut pas remplir ses engagements. Le contrat est annulé par une seule décision du Président américain», a-t-il résumé.

    Lire aussi:

    Accord nucléaire: l’Europe veut-elle «entraîner l’Iran dans un piège économique»?
    L’Iran a préparé un plan B au cas où les Européens se retireraient de l’accord nucléaire
    Trump annonce le retrait des États-Unis de l'accord nucléaire avec l'Iran (vidéo)
    Tags:
    engagement, accord, programme nucléaire iranien, Airbus Group, Total, Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA), Emmanuel Macron, Hassan Rohani, États-Unis, Occident, Iran, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik