Ecoutez Radio Sputnik
    Des nationalistes ukrainiens (image d'illustration)

    Des radicaux auraient voulu brûler vif l’ex-Président ukrainien Viktor Ianoukovitch

    © Sputnik . Stringer
    International
    URL courte
    4122

    Des membres du parti nationaliste ukrainien Svoboda ont préparé un attentat contre le Président Viktor Ianoukovitch dans la ville de Kharkov en 2014, peu avant qu'il ne soit renversé, a déclaré l'ancien chef de son service sécurité Vladimir Pavlenko.

    Intervenant lors du procès pour haute trahison, crime dont les autorités ukrainiennes accusent le Président renversé Viktor Ianoukovitch, le chef de son service de sécurité a raconté que des radicaux avaient planifié un attentat contre l'ex-chef de l'État ukrainien lors de sa visite dans la ville de Kharkov en février 2014.

    Selon lui, l'assassinat de Viktor Ianoukovitch devait avoir lieu dans le palais des sports de la ville lors du congrès du Parti des régions.

    «Nous avons reçu des informations du Service de sécurité de l'Ukraine (SBU) que des radicaux étaient arrivés à Kharkov. L'un d'entre eux se trouvait dans la salle [du congrès, ndlr.] et les autres dans la rue. Le premier groupe avait planifié de tuer le Président en utilisant des armes à feu mais, en cas d'échec, le second devait jeter des cocktails Molotov sur son cortège et le [Viktor Ianoukovitch, ndlr.] brûler vif », a-t-il indiqué.

    En conséquence, la visite à Kharkov a été annulée. Mais, ces radicaux avaient également prévu de tuer le Président dans sa résidence près de Kiev, a précisé M.Pavlenko. Face à ces menaces, le Président a dû quitter l'Ukraine pour trouver refuge en Russie.

    Lire aussi:

    Lavrov dévoile des détails des négociations sur l’Ukraine entre Poutine et Obama en 2014
    Où est l’accord sur le règlement de la crise ukrainienne de 2014? La réponse de Porochenko
    Kiev veut la prison à perpétuité pour l’ancien Président Ianoukovitch
    Tags:
    Viktor Ianoukovitch, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik