Ecoutez Radio Sputnik
    Lougansk

    L’armée ukrainienne préparerait une percée dans le Donbass

    © Sputnik . Valeri Melnikov
    International
    URL courte
    9634

    Les militaires ukrainiens rassemblent leurs effectifs pour effectuer une percée sur la ligne de démarcation séparant les forces de Kiev à celles de la République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), affirme-t-on dans la République. Une démarche en complète violation des accords de Minsk.

    Les militaires de l'armée ukrainienne se massent sur la ligne de contact les séparant de la République populaire autoproclamée de Lougansk (RPL), a déclaré Andreï Marotchko, porte-parole de la RPL.

    Qui plus est, Kiev a recours à des armements lourds, foulant aux pieds les accords de Minsk imposant leur retrait de la ligne de démarcation.

    «La situation sur l'axe de Slavianosserbsk est actuellement complexe et s'aggrave de jour en jour. L'adversaire utilise des lance-mines de 120 et 82 mm sans se préoccuper des Accords de Minsk, il a recours à des drones pour ajuster les tirs», a-t-il indiqué.

    Selon le responsable, Kiev «rassemble de plus en plus activement des armements, renforce ses positions d'ingénierie». Cette activité ainsi que d'autres démarches adoptées par les militaires ukrainiens témoignent, d'après lui, d'une nouvelle offensive en vue.

    Depuis avril 2014, l'Ukraine est en proie à un conflit armé qui oppose Kiev aux républiques autoproclamées de Donetsk et de Lougansk. Selon l'Onu, les hostilités ont déjà fait plus de 10 000 morts. Le règlement de la crise fait l'objet de rencontres tenues dans le cadre du Groupe de contact de Minsk.

    Lire aussi:

    Selon Pence, les accords de Minsk sont le meilleur moyen d’atteindre la paix en Ukraine
    Moscou accuse Kiev de saper à nouveau l’application des accords de Minsk
    Renforts arabes: des mercenaires arrivent sur la ligne de contact dans le Donbass
    Tags:
    offensive, armée, Kiev, Lougansk, Donbass, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik