Ecoutez Radio Sputnik
    Benjamin Netanyahu

    Netanyahu a un projet afin d’obliger l’Iran à quitter la Syrie

    © REUTERS / Jonathan Ernst/File Photo
    International
    URL courte
    29467

    Lors de son déplacement européen, Benjamin Netanyahu a posé les jalons afin de conclure un accord international réclamant le retrait de l’Iran du territoire syrien. Selon lui, il s’est garanti le soutien de Berlin, Paris et Londres.

    Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu a déclaré lors d'une réunion hebdomadaire du gouvernement israélien avoir appelé Angela Merkel, Emmanuel Macron et Theresa May à élaborer un accord international obligeant l'Iran à se retirer de la Syrie. Il a souligné avoir accompli l'objectif de son déplacement européen qui a eu lieu en début de semaine.

    «Les leaders ont donné leur accord au principal but que j'ai indiqué et qui consiste à rédiger un accord global selon lequel l'Iran devra quitter la Syrie, l'ensemble du territoire syrien. Il s'agit du but de mon déplacement qui a été en grande partie atteint», a-t-il précisé.

    En se prononçant devant les ministres, il a également souligné que le retrait de l'Iran serait «un long processus». Néanmoins, il semble être certain que cet objectif sera accompli.

    «Je crois que si vous vous fixez un but, si vous savez où vous vous dirigez, vous avez beaucoup de chances d'y arriver. En tout cas, j'ai montré que nous entreprendrons des mesures fermes contre les tentatives d'établir une présence contre nous ainsi que contre des attaques contre nous», a-t-il résumé.

    Le 4 juin le Premier ministre israélien s'est rendu en Allemagne qui a été la première étape de sa tournée européenne. Dans le cadre de ce déplacement, il a également visité Paris et Londres.

    Lire aussi:

    Que cherche Benjamin Netanyahu en Europe?
    Face à un Netanyahu offensif, la trouble posture de Macron sur l’Iran
    L’Iran envisage de déployer «des armes très dangereuses en Syrie», selon Israël
    Tags:
    retrait, Benjamin Netanyahu, Theresa May, Emmanuel Macron, Angela Merkel, Iran, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik