Ecoutez Radio Sputnik
    Recep Tayyip Erdogan

    Erdogan: l'Autriche pousse le monde vers «une guerre entre les Croisés et le Croissant»

    © REUTERS / Wolfgang Rattay
    International
    URL courte
    201340

    Les mesures contre l'«islam politique» récemment annoncées par le chancelier Sebastian Kurz ont indigné le Président turc. Selon lui, elles mènent l'humanité vers un nouvel affrontement entre la religion de la Croix et celle du Croissant.

    Le Président turc Recep Tayyip Erdogan a vivement critiqué samedi la décision du chancelier autrichien de fermer des mosquées dans le cadre d'une offensive contre l'«islam politique», écrit l'AFP.

    «Ces mesures prises par le Premier ministre autrichien sont, je le crains, en train de mener le monde vers une guerre entre les Croisés et le Croissant», a déclaré M.Erdogan.

    Parmi ces mesures annoncées par Sebastian Kurz, figurent la fermeture prochaine de sept mosquées et la possible expulsion de dizaines d'imams financés par la Turquie.

    «Ils disent qu'ils vont bouter hors d'Autriche nos hommes de religion. Croyez-vous que nous ne réagirons pas si vous faites une telle chose? Cela signifie que nous allons devoir faire quelque chose», a déclaré M.Erdogan, sans autres précisions.

    Vendredi, le porte-parole du Président turc avait déjà dénoncé l'annonce faite par l'Autriche comme une mesure résultant, selon lui, de «la vague populiste, islamophobe, raciste et discriminatoire» dans ce pays.

    Environ 360.000 personnes d'origine turque vivent en Autriche, dont 117.000 ont la citoyenneté turque.

    Les propos du Président turc surviennent par ailleurs avant les élections anticipées cruciales du 24 juin. Le gouvernement autrichien a explicitement interdit aux responsables turcs d'organiser des meetings en Autriche en vue de ce double scrutin présidentiel et législatif.

    Lire aussi:

    La sécurité du chancelier autrichien en danger suite à sa décision de fermer des mosquées
    Vienne met en garde la Turquie: aucune ingérence ne sera tolérée
    Sebastian Kurz part-il à Moscou à la recherche de l'«amitié»?
    Tags:
    Recep Tayyip Erdogan, Turquie, Autriche
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik