Ecoutez Radio Sputnik
    Systèmes de missiles S-400

    Erdogan: «Nous utiliserons les S-400 si nécessaire» au lieu de compter sur les USA

    © Sputnik . Sergey Malgavko
    International
    URL courte
    2813516

    Les S-400 russes acquis par la Turquie ne resteront pas dans les dépôts. Selon le Président Erdogan, Ankara utilisera cette arme défensive en cas d’attaque au lieu d’attendre une aide militaire des États-Unis.

    La Turquie a l’intention d’utiliser les missiles sol-air S-400 qu’elle achète en Russie, a déclaré mardi le Président turc Recep Tayyip Erdogan.

    «Nous achèterons les S-400 non pour les envoyer dans un dépôt. Nous allons les utiliser si nécessaire. Ce sont des systèmes défensifs, que pouvons-nous faire sans eux? Devons-nous encore nous fier aux États-Unis?» a indiqué M.Erdogan aux journalistes de plusieurs chaînes de télévision à Istanbul.

    Le Président a rappelé qu’Ankara avait demandé pendant des années que Washington lui fournisse de pareils systèmes, mais le Congrès des États-Unis avait interdit ces livraisons.

    «Nous sommes las de cette situation. La Russie a réagi à nos demandes en nous faisant une offre assez attrayante. Les Russes ont dit qu’ils étaient également prêts à lancer une coproduction [de ces systèmes, ndlr], ils nous ont en outre proposé des conditions de crédit avantageuses», a ajouté le chef de l’État turc.

    Le journal turc Hürriyet a annoncé le 7 juin dernier, citant des sources diplomatiques, que la Turquie avait rejeté la proposition des États-Unis de renoncer à l’acquisition des systèmes antiaériens S-400 en Russie. Selon le journal, Washington a également exigé qu’Ankara n’utilise pas ces systèmes même s’il décide de les acheter. Les représentants des autorités turques ont qualifié ces attentes d’irréalistes.

    Lire aussi:

    Erdogan aurait proposé à Poutine de produire en commun des S-500
    Projet américain de contrecarrer l’achat des S-400 par Ankara: Poutine réagit
    S-400: Erdogan annonce avoir versé un acompte à la Russie
    Tags:
    missiles sol-air, S-400, Recep Tayyip Erdogan, Turquie, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik