Ecoutez Radio Sputnik
    Golan (archives)

    Israël a moins de droits sur le Golan que la Russie sur la Crimée, les USA l’ont accepté

    © REUTERS / Baz Ratner
    International
    URL courte
    14217

    Israël s’est emparé du plateau du Golan et de la Cisjordanie lors d’une campagne militaire et continue d’occuper ces territoires ce qui est vu d’un bon œil par Washington qui étudierait même la reconnaissance du Golan comme territoire israélien, selon The National Interest.

    Pour Washington, il est dans l'ordre des choses qu'Israël fasse la loi sur la Cisjordanie et le Golan occupés. Cependant, si la Crimée était initialement russe et peuplée de Russes ethniques, dans le Golan les habitants ont refusé de prendre la nationalité israélienne, selon The National Interest.

    Selon le média, une des conclusions principales du récent sommet du G7 est que Donald Trump a appelé à admettre à nouveau la Russie dont l'adhésion a été suspendue après le rattachement de la Crimée en 2014.

    Depuis la Seconde Guerre mondiale, rares sont les cas où un territoire a été pris de force. Le plus souvent ce type de tentative s'est heurté à une réponse militaire, notamment dans le cas de la Corée du Nord ou de l'invasion du Koweït par l'Irak. Le média indique cependant que le cas de la Crimée, mais aussi celui des conquêtes israéliennes sont restés sans réponse.

    The National Interest rappelle qu'en juin 1967, Israël a envahi l'Égypte et s'est emparé de ses territoires, ainsi que de ceux de la Syrie et de la Jordanie. Aux termes d'un accord de paix, Israël s'est retiré du Sinaï, mais il est resté en Cisjordanie et dans le Golan syrien. Vers 2000, un accord sur le Golan était pratiquement prêt, mais ensuite la politique de l'État hébreu a changé et en 2018 Benjamin Netanyahu a déclaré que le Golan resterait à jamais au sein d'Israël.

    Cependant, The National Interest signale que les prétentions d'Israël sur le Golan ont beaucoup moins de justifications que celles de la Russie sur la Crimée. La péninsule était une partie de la Russie avant d'être offerte à l'Ukraine par Nikita Khrouchtchev. La majorité des habitants de la péninsule sont des Russes ethniques et le rattachement à la Russie a été accueilli favorablement.

    Par contre, Israël s'est emparé du Golan par la force et ce territoire n'a jamais fait partie ni d'Israël ni de la Palestine. Avant la colonisation israélienne, le plateau était essentiellement peuplé par des Druzes syriens dont la plupart ont refusé de prendre un passeport israélien.

    Le média signale que la proposition du Président américain de reconsidérer la participation de la Russie au G7 était, peut-être, peu réfléchie, mais elle se base sur les mêmes raisons qu'au moment de son admission dans le groupe dans les années 1990. La Russie est un acteur majeur de la scène politique et économique. Et les membres du G7 devraient l'accepter parmi eux étant donné que la probabilité est quasi nulle que la Crimée fasse de nouveau partie de l'Ukraine.

    Selon l'auteur du National Interest, le retour au format du G8 ne doit pas signifier la reconnaissance de l'appartenance de la Crimée ou être lié à une prise de position concernant tout autre conflit territorial. L'administration Trump doit reconnaître l'inacceptabilité d'une situation dans laquelle un État arrache militairement un territoire à un autre et y reste, quel que soit le contexte historique.

    Le gouvernement israélien, se sentant en sûreté après le transfert de l'ambassade américaine à Jérusalem, insiste sur la reconnaissance par Washington du rattachement du Golan à Israël. Donald Trump rejette la notion d'ordre mondial fondé sur des règles. Tout dépendra de savoir si Trump comprendra que de tels actes ne sont profitables ni aux États-Unis et ni à l'ordre mondial, conclut The National Interest.

    Lire aussi:

    L'ambassade israélienne commente le déploiement de la police militaire russe dans le Golan
    Un obus tiré depuis le territoire syrien tombe sur le Golan
    Poutine appelle à régler le problème du Golan après la défaite des terroristes en Syrie
    Tags:
    occupation, territoire, invasion, Cisjordanie, Crimée, Hauteurs du Golan
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik