Ecoutez Radio Sputnik
    Facebook

    Le Vietnam s'en prend à Facebook et Google

    © REUTERS / Dado Ruvic
    International
    URL courte
    9142

    Les législateurs vietnamiens ont adopté une loi susceptible de restreindre les libertés sur les réseaux sociaux dans le souci officiel de protéger la sécurité nationale.

    L'Assemblée nationale du Vietnam a approuvé un projet de loi sur la cybersécurité obligeant les plateformes du web à retirer dans un délai de 24 heures tout commentaire considéré comme une menace à la sécurité nationale, ainsi qu'à stocker les données des utilisateurs dans le pays.

    À l'heure actuelle, des groupes comme Google et Facebook stockent les données personnelles des utilisateurs vietnamiens à Hong Kong et à Singapour. Or, selon les législateurs, il est nécessaire de transférer les centres de données au Vietnam pour «répondre aux exigences de cybersécurité».

    Le nouveau document, qui doit entrer en vigueur en janvier 2019, interdit en outre les appels aux rassemblements publics et tout discours «portant atteinte aux dirigeants nationaux».

    L'adoption du texte intervient sur fond de vastes manifestations dans la capitale Hanoï et dans certaines villes de province pour protester contre une autre loi qui prévoit la mise en place de zones économiques spéciales pour les investissements étrangers. Les protestataires craignent que cette loi ne profite qu'aux investisseurs chinois.

    Aujourd'hui, plus de 50% des 93 millions d'habitants du Vietnam ont accès à Internet. Le pays se trouve en outre dans le top 10 mondial quant au pourcentage d'utilisateurs de Facebook.

    Lire aussi:

    National Interest: les USA préparent un «cadeau» à la Chine en 2018
    Un porte-avions US au Vietnam, une première depuis 40 ans
    Les USA et la Chine s'affrontent pour le Vietnam
    Tags:
    zone économique spéciale (ZES), manifestation, sécurité nationale, Internet, restrictions, projet de loi, données personnelles, Facebook, Inc, Google, Vietnam
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik