Ecoutez Radio Sputnik
    «Ils devraient brûler en enfer»: la police sur le migrant ayant tué une fille en Allemagne

    «Ils devraient brûler en enfer»: la police sur le migrant ayant tué une fille en Allemagne

    © AFP 2018 Boris Roessler / dpa
    International
    URL courte
    10120

    L’assassinat et le viol en Allemagne d’une adolescente nommée Susanna ainsi que d'autres meurtres de jeunes femmes dans le pays provoquent la rage et l'indignation des citoyens. Des représentants de la police fédérale ont exprimé au micro de Sputnik leur mécontentement et ont évoqué les mesures à prendre pour combattre ce mal.

    Rainer Wendt, chef du principal syndicat de police allemand (DPolG), et Jörg Radek, représentant d'un autre syndicat de police (GdP) ont évoqué dans une interview à Sputnik leurs pensées au sujet des meurtres et des viols de femmes en Allemagne par des migrants.

    «Susanna est morte. Il reste non seulement de la tristesse et de la stupéfaction mais également une grande colère et l'indignation», a écrit Rainer Wendt sur sa page Facebook ajoutant qu'il était inquiet de l'avenir de son pays:

    «Que deviendra notre pays si on tolère que les gens entrent, commettent de nombreux crimes, voire des crimes terribles, et se déplacent encore librement, manifestement prêts à frapper à tout moment? … Que deviendra notre démocratie si ceux qui sont élus persistent à ignorer la volonté de ceux qui leur ont donné le pouvoir? … Et je pense aussi aux criminels. Est-ce que je les verrai vraiment dans un tribunal? Avec sur le visage un ricanement sarcastique pour la victime et le mépris pour notre pays? … Ils devraient brûler en enfer. C'est ce que je veux», a affirmé M.Wendt.

    La présidente du parti Alternative pour l'Allemagne (AfD), Alice Weidel, a également manifesté sa colère dans une vidéo postée sur sa page Facebook.

    «Maria de Fribourg, Mia de Kandel, Mireille de Flensburg et maintenant Susanna de Mayence: celui qui a des enfants, peut-être même une fille de cet âge, il connaît la peur pour son être cher qui augmente encore à chacun de ces crimes. La mort de Susanna est le résultat d'années d'irresponsabilité organisée et d'échecs politiques flagrants dans les politiques d'asile et d'immigration. Susanna est une autre victime de la politique d'accueil hypocrite et égoïste de la chancelière Angela Merkel», a-t-elle dit.

    Rainer Wendt comprend bien cette colère, a-t-il dit à Sputnik. 

    «La colère vient du fait que les gens ne peuvent pas comprendre que ces actes viennent de personnes qui n'appartiennent même pas à notre pays. Autrement dit, ils n'auraient jamais dû être autorisés à entrer et ils n'ont pas le droit d'être ici», souligne le policier.

    Est-ce que Merkel a vraiment échoué?

    Mais est-ce que le discours de Mme Weidel correspond à la réalité? Dans quelle mesure les infractions d'homicide et de viol ont-elles augmenté depuis l'adoption de la politique d'immigration en 2015? Et y a-t-il des liens entre la politique d'immigration et une augmentation «sensible» de la criminalité?

    Jörg Radek, a évoqué ces questions au micro de Sputnik.

    «Dans le tableau de la situation nous ne pouvons pas dire qu'il y a une anomalie particulière. Il y a une anomalie. Mais cela est lié au fait que plus de gens vivent dans le pays. Et là où vivent plus de gens, vous avez automatiquement une augmentation de la criminalité. Aussi entre eux-mêmes. Pas nécessairement entre les étrangers et les résidents, mais aussi entre étrangers», a-t-il expliqué.

    Cependant, M.Wendt ne partage pas ce point de vue et estime que bien que le nombre d'infractions enregistrées ait baissé, «cela ne dit rien sur la sécurité objective dans ces secteurs». Il a aussi précisé que le nombre d'attaques au couteau avait augmenté dans le pays ces derniers temps.

    «Sentiments subjectifs»

    M.Wendt souligne cependant que la plupart de crimes sont commis par des ressortissants allemands, évoquant par là le caractère trompeur de multiples reportages «sensibles» sur la délinquance des migrants.

    «Le lien direct entre l'augmentation de l'immigration et une augmentation de la criminalité ne peut être tiré», selon le syndicaliste, ajoutant que «la grande majorité, plus de 95-98% de ceux qui sont venus chez nous, ne commettent aucun crime».

    Mais de tels crimes ne seraient pas les moindres à cause du regard «sensible» sur le sens de la sécurité de la population, explique Wendt. Le fait est que la plupart des crimes sont le fait de gens du pays ou de gens de notre culture. À cet égard, le ressenti est particulièrement trompeur, notamment sur les réseaux sociaux, car il fait de chaque crime un événement national, affirme le président du DPolG et ajoute: «Mais seulement de ceux qui les ont sélectionnés.» Le lien direct entre l'augmentation Selon le syndicat, l'immigration et l'augmentation de la criminalité ne peuvent être réalisées «parce que la grande majorité, beaucoup plus que 95-98% de ceux qui sont venus chez nous ne commettent pas de crimes».

    Approche: «Centres d'ancrage»?

    Rainer Wendt et son syndicat saluent «explicitement» les projets du ministre fédéral de l'Intérieur Horst Seehofer qui prévoient la création de centres de rétention. Ceux-ci visant à garantir que les personnes sont identifiées et enregistrées jusqu'à ce que leur demande d'asile ait été acceptée ou refusée.

    «Nous saluons également le fait qu'une meilleure protection de nos frontières nationales assurera que les personnes qui n'ont pas le droit d'entrer ne viennent pas dans le pays», a-t-il ajouté.

    En revanche, Jörg Radek du GdP ne peut détecter aucun lien interne entre le cas de Susanna et la mise en place de centres de rétention. La discussion à ce sujet ne sert qu'à détourner l'attention que d'une «politique d'immigration immature». Il estime toutefois que les centres de rétention pourraient créer encore davantage de sentiment d'insécurité.

    Susanna Feldmann, 14 ans, a été violée et assassinée le 22 mai en Allemagne. Son corps a été retrouvé près de la ville de Wiesbaden. Selon la police, deux demandeurs d'asile, un Irakien et un Turc, seraient les auteurs du crime. L'Irakien, du nom d'Ali Bashar, était parti brusquement avec sa famille en Irak, avant d'être extradé en Allemagne.

    Lire aussi:

    Un refugié irakien soupçonné du meurtre d’une fille en Allemagne reconnaît son crime
    «La criminalité en hausse» en Allemagne? Angela Merkel répond à Donald Trump
    Un modèle mathématique démontre que la peur est vraiment contagieuse
    Tags:
    meurtre, police, migration, Susanna Feldmann, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik