Ecoutez Radio Sputnik
    Enfants réfugiés

    Les garde-frontières français maltraitent les enfants réfugiés, selon Oxfam

    © AP Photo / Amel Emric
    International
    URL courte
    1038
    S'abonner

    Dans son dernier rapport, l'association Oxfam accuse la police française de «refuser l'entrée sans discrimination» aux migrants échoués près de la ville italienne de Vintimille.

    La France et l'Italie ne parviennent pas à aider les réfugiés coincés à Vintimille, à proximité de la frontière entre les deux pays, sans accès aux services fondamentaux, constate l'association Oxfam dans un rapport publié vendredi.

    Selon le document intitulé «Nulle part où aller», des enfants «d'à peine 12 ans» sont «maltraités, détenus et renvoyés illégalement en Italie par la police des frontières française». Des enfants non accompagnés sont, selon Oxfam, arrêtés et mis dans des trains en direction de l'Italie, alors que leurs papiers sont «modifiés pour prétendre que ces enfants sont plus âgés ou qu'ils souhaitent retourner en Italie de leur plein gré».

    Les enfants affirment avoir été «maltraités physiquement et verbalement», et détenus de nuit dans des cellules sans eau, sans nourriture et sans couvertures. Le rapport fait également état de cas où les garde-frontières «coupent les semelles de chaussures des enfants migrants ou volent leur carte SIM».

    «Les enfants, femmes et hommes fuyant la persécution et la guerre ne devraient pas avoir à souffrir encore d'abus et de négligence de la part des autorités françaises et italiennes», insiste Claire Le Privé, responsable de la campagne Humanitaire d'Oxfam France.

    Entre juillet 2017 et avril 2018, au moins 16.500 migrants, dont un quart sont des enfants, sont passés par Vintimille selon l'association. La majorité d'eux fuit la guerre et les persécutions subies dans des pays tels que le Soudan, l'Érythrée, la Syrie et l'Afghanistan.

    Tags:
    mauvais traitements, gardes-frontières, réfugiés, crise migratoire, migrants, Oxfam, Italie, France, Vintimille
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik