Ecoutez Radio Sputnik
    l’Algérie

    Algérie: appels à empêcher les femmes «qui s’habillent indécemment» de sortir dans la rue

    CC0 / jorisamonen
    International
    URL courte
    544094

    En Algérie, des internautes appellent à empêcher les femmes habillées selon eux d’une façon indécente à sortir de chez elles en les menaçant de jets d’acide sur le visage. Ces appels surviennent quelques jours après l’agression d’une joggeuse en plein mois de ramadan. Ces messages ont déclenché une vague de colère dans le pays.

    L'été risque d'être chaud pour les femmes en Algérie. Après l'agression d'une joggeuse début juin, en plein mois de ramadan, voilà que des messages apparaissent sur internet, à l'approche de la saison estivale, appelant à punir toute femme sortant dans la rue habillée d'une façon pas assez «pudique», selon les rédacteurs de ces messages.

    ​«J'ai une très bonne idée, on va jeter des lampes pleines d'acide au visage de toutes celles qui s'habillent indécemment, comme ça on va les éduquer et aucune d'elles n'osera plus sortir de chez elle», a écrit un internaute sur son compte Facebook ces derniers jours. Ce message a été retiré par la suite.

    «J'ai déposé plainte aujourd'hui auprès des services de cybercriminalité (…) les policiers m'ont assurée que ce qu'a fait cet individu est un délit puni par la loi», a ainsi annoncé une internaute.

    Les algériennes ont déjà fait face à ce genre d'appels agressifs à leur égard sur internet. Durant l'été 2017, des internautes avaient suggéré de prendre en photo toutes les femmes qui ne s'habilleraient pas «correctement» sur les plages, pour les diffuser par la suite sur les réseaux sociaux, idée qui a suscité la colère des associations de défense des droits des femmes dans le pays.

    Début juin, une jeune joggeuse algérienne a été frappée dans la rue par un homme qui a affirmé qu'elle n'avait pas le droit de faire son footing pendant le ramadan, lors de la rupture du jeûne.

    ​«Un jeune homme m'a frappée et a commencé à me crier dessus: "Ta place est dans la cuisine!"», a indiqué la victime, Ryma, dans une vidéo où elle raconte, en pleurs, son histoire.

    Qui plus est, les policiers auprès desquels elle a porté plainte l'ont fait culpabiliser et lui ont demandé pourquoi elle était sortie à une heure pareille.

    Cette agression a suscité un vif émoi dans le pays et plusieurs centaines de femmes ont organisé, le 9 juin dernier, une course pour dénoncer le harcèlement de rue. Elles ont répondu à des appels lancés après l'agression de Ryma dont la publication a rapidement fait le tour des réseaux sociaux. Le témoignage de la jeune Algérienne a ému les internautes et les initiatives de soutien se sont multipliées. De nombreuses femmes ont raconté elles aussi les agressions qu'elles ont subies dans leur environnement proche, en pleine rue ou dans les transports en commun.

    En Algérie, de nombreuses femmes victimes d'agression ou de harcèlement ne déposent pas plainte ou abandonnent les procédures en raison d'un environnement hostile, d'autant plus que dans nombre de cas, les violences ont lieu en milieu familial. En outre, elles sont souvent confrontées, comme Ryma, à la réticence des services de police. Et ce malgré l'entrée en vigueur d'une loi criminalisant la violence conjugale et le harcèlement de rue.

    Lire aussi:

    L'agression d'une jeune joggeuse en plein ramadan en Algérie secoue le pays
    «Asperger d’acides des Algériennes mécréantes»: l’auteur du post devant le tribunal
    À Alger, une course pour soutenir une joggeuse agressée en plein ramadan (vidéo)
    Tags:
    marche des femmes, appel, droits des femmes, Internet, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik