International
URL courte
4116
S'abonner

Selon la «feuille de route» conciliée avec les États-Unis, les militaires turcs sont entrés dans les banlieues de la ville syrienne de Manbij et ont commencé à les patrouiller. Helil Bozi, membre des Forces démocratiques syriennes (FDS), a raconté à Sputnik ce qui se passe actuellement dans la zone.

Dans une interview accordée à Sputnik, le commandant du Conseil militaire de Manbij Helil Bozi a confirmé que les militaires turcs n'étaient pas entrés dans cette ville syrienne mais restaient dans ses banlieues.

«À l'heure actuelle, la situation à Manbij est calme. Dans la ville, il n'y a que des combattants du Conseil militaire. À part eux, il n'y a pas d'autres forces dans la ville. Conformément à l'accord entre la Turquie et les États-Unis, l'armée turque a commencé à patrouiller les zones frontalières aux environs de la rivière Sajour. À leur tour, les militaires de la coalition [dirigée par les USA, ndlr] patrouillent la limite de Manbij», a-t-il déclaré.

Plus tôt, Ankara et Washington ont approuvé une «feuille de route» censée stabiliser la situation dans la ville syrienne de Manbij, libérée par des formations kurdes du joug de Daech* en juin 2016. Le vice-Premier ministre turc, Bekir Bozdag, a déclaré que les parties s'étaient accordées sur l'agenda de sortie des Unités de protection du peuple (YPG) en Syrie. Ces informations ont par la suite été confirmées par le département d'État américain.

La semaine dernière, l'état-major turc a annoncé que les militaires turcs et américains s'étaient accordés sur la mise en place de cette «feuille de route».

*Organisation terroriste interdite en Russie

Lire aussi:

Les autorités libanaises ont déterminé l’origine des explosions à Beyrouth
Beyrouth: jusqu'à 300.000 personnes sans domicile après les explosions, la moitié de la ville touchée
«Reprenons le contrôle!»: les démissionnaires de l’UPR fondent un nouveau mouvement souverainiste, Asselineau réagit
Tags:
États-Unis, Minbej, Syrie, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook