Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Endettement extérieur: l’Algérie répond catégoriquement au FMI

    CC BY-SA 4.0 / Yelles / Le Musée des Beaux-Arts d'Alger vu depuis le Jardin d'Essai
    International
    URL courte
    21631

    Le ministre algérien des finances a catégoriquement rejeté, lundi 18 juin, la proposition du FMI d’arrêter le financement conventionnel et de recourir à l’endettement extérieur pour financer le budget de l’État, en déclarant que son pays est souverain et fait ses choix en fonction de ses besoins.

    L'Algérie est un pays souverain qui prend ses décisions en fonction de ses intérêts et de sa propre évaluation de ses besoins. C'est ce qu'a déclaré à la presse le ministre algérien des Finances, Abderrahmane Raouya, en marge de son intervention en session plénière, le lundi 18 juin 2018, au Conseil de la nation (chambre haute du parlement algérien) pour la présentation du texte de loi organique des lois de finances.

    Le ministre algérien a tenu ces propos en réponse aux recommandations du Font Monétaire International (FMI), dans son dernier rapport sur l'évaluation de l'économie algérienne, publié le 13 juin 2018. Le FMI a en effet demandé au gouvernement algérien l'arrêt du financement non conventionnel (le recourt au financement direct du Trésor auprès de la Banque d'Algérie) de son budget dès l'année 2018, et de recourir à d'autres moyens de financement, entre autre l'endettement extérieur. Le responsable algérien a catégoriquement refusé de recourir à ce dernier.

    «Bien sûr, ils [le FMI, ndlr] veulent que l'Algérie aille vers l'emprunt extérieur, mais nous sommes souverains dans notre pays et, en toute objectivité, nous espérons que ça [les résultats du financement non conventionnel, ndlr] sera comme nous l'avons souhaité», a déclaré le ministre cité par Algérie Presse Service (APS).

    Dans son rapport, le FMI a affirmé que l'Algérie dispose d'une fenêtre d'opportunités pour «atteindre le double objectif de stabilisation macroéconomique et de promotion d'une croissance durable». L'institution financière internationale propose au gouvernement algérien de recourir «à l'émission de titres de dette publique au taux du marché, des partenariats publics-privés, des ventes d'actifs et d'emprunts extérieurs pour financer des projets d'investissements bien choisis».

    Lire aussi:

    L'Algérie met en marche la planche à billets et crée un équivalent de 26 milliards d'euros
    Entre la Russie et l’Algérie, un partenariat stratégique prometteur
    Pourquoi la baisse des réserves de change algériennes se poursuit à un rythme accéléré
    Tags:
    endettement mondial, financement, Fonds monétaire international (FMI), Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik