Ecoutez Radio Sputnik
    Exercices militaires russes à la frontière entre la Russie et la Lituanie

    La Présidente lituanienne appelle l’Occident à se préparer à une invasion russe

    © Sputnik . Igor Zarembo
    International
    URL courte
    37958

    Les pays occidentaux doivent être prêts à une invasion russe et ne pas oublier «que la Russie les espionne», a affirmé la Présidente lituanienne à Der Spiegel. Moscou a, pour sa part, déclaré à plusieurs reprises que seule la présence de l’Otan à ses frontières le poussait à augmenter son potentiel militaire.

    La Lituanie estime que l'Occident doit se tenir sur ses gardes et être prêt à repousser une invasion russe.

    «Le danger est grand si nous ne sommes pas prêts à nous défendre. Si nous montrons que nous pouvons et que nous voulons nous défendre, personne ne nous attaquera. Nous devons être prêts politiquement, techniquement, dans l'âme et dans le cœur», a déclaré la chef de l'État lituanien Dalia Grybauskaite dans une interview à l'hebdomadaire allemand Der Spiegel.

    La Présidente a affirmé que l'armée russe était «10 fois plus forte» que les armées de l'Otan et a estimé que les pays occidentaux pratiquaient une politique trop souple à l'égard de la Russie.

    «C'est seulement quand ils sont attaqués qu'ils remarquent que la Russie s'ingère dans leurs affaires, les espionne ou influence leurs élections. C'est alors qu'ils se réveillent», a-t-elle lancé.

    Début février, le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a dénoncé la «russophobie» qui émaille les déclarations au sujet d'une éventuelle attaque de la Russie contre la Lituanie. Il a rappelé que l'Otan déployait à la frontière avec la Russie «des armes lourdes et d'importants contingents supplémentaires».

    «Les relations sont pires qu'à l'époque de la guerre froide», avait-il constaté en avril.

    Six mois plus tôt, la Lituanie a entamé la construction d'un mur long de 44,6 km à la frontière russe. Selon les forces de l'ordre lituaniennes, cette barrière doit aider à lutter contre la contrebande et la migration clandestine.

    L'Otan a organisé récemment de vastes exercices de ses forces spéciales, Trojan Footprint 18, sur le territoire de la Lettonie, de la Lituanie et de l'Estonie. Près de 2.000 soldats belges, britanniques, danois, allemands, canadiens, lettons, lituaniens, néerlandais, norvégiens, polonais, américains, suédois et estoniens ont participé à ces manœuvres à proximité des frontières russes.

    Lire aussi:

    Un soldat allemand tué lors d’exercices de l’Otan en Lituanie
    Une idée «à la lituanienne»: Vilnius propose de doter les sous-marins de systèmes Patriot
    Mur lituanien à la frontière russe: Lavrov accuse Vilnius de russophobie
    Tags:
    invasion russe, russophobie, exercices militaires, espionnage, Spiegel, OTAN, Dalia Grybauskaite, Sergueï Lavrov, Occident, Lettonie, Lituanie, Estonie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik