Ecoutez Radio Sputnik
    Un Lockheed Martin F-35 Lightning II

    Achat de S-400 russes par la Turquie: Washington annule sa «vengeance»?

    © Sputnik . Sergueï Mamontov
    International
    URL courte
    232245

    Si Washington a décidé de livrer des chasseurs F-35 à la Turquie, c'est qu'il a admis l'imminence de l'achat des systèmes russes S-400 par ce pays afin de ne pas perdre son marché sur les armements, a affirmé à Sputnik Igor Korotchenko, expert russe du marché des armes, constatant que le chantage de Washington n'est pas toujours suivi de sanctions.

    La décision des États-Unis de fournir des chasseurs F-35 de cinquième génération à la Turquie prouve qu'ils ont accepté un compromis pour conserver un lien commercial dans le domaine de l'armement avec la Turquie et qu'ils ont admis l'imminence de l'achat des systèmes russes S-400 par Ankara, a indiqué dans une interview à Sputnik l'expert russe du marché des armes, Igor Korotchenko.

    «La livraison de F-35 à la Turquie et ce, malgré les menaces du Congrès américain, prouve qu'Ankara a occupé une position de principe pour ce qui est de l'achat des systèmes de DCA russes S-400. Ainsi, les États-Unis ont dû faire preuve de pragmatisme, même si celui-ci est forcé, pour ne pas perdre Ankara en tant qu'allié au sein de l'Otan et acheteur d'armements américains», a souligné Igor Korotchenko.

    Il a fait remarquer que la transaction sur les F-35, objet de doutes jusqu'au dernier moment, véhicule un message aux autres pays: il n'est pas nécessaire de céder à la pression des États-Unis, de renoncer aux armements russes.

    «Il n'est pas obligatoire que le chantage de Washington soit suivi de sanctions contre un pays si celui-ci défend avec conséquence sa position et se positionne avant tout par rapport aux intérêts de sa propre sécurité. La Turquie a clairement montré que la collaboration technique-militaire avec la Russie n'excluait pas une éventuelle coopération dans le même domaine avec les États-Unis, même s'il s'agit d'un pays membre de l'Otan», a-t-il encore noté.

    Évoquant le S-400, Igor Korotchenko a rappelé que grâce à ses performances uniques, le système était capable de garantir la souveraineté et que chaque pays qui avait à cœur sa sécurité devrait penser à l'acheter.

    Le fabricant du F-35, Lockheed Martin, a confirmé qu'il s'attendait à remettre les appareils à la Turquie lors d'un échange cérémoniel à Fort Worth, au Texas, jeudi prochain.

    Le ministre turc des Affaires étrangères, Mevlut Cavusoglu, avait déclaré précédemment dans une interview à la chaîne de télévision turque NTV que les forces armées de son pays se verraient livrer les premiers F-35 dès le 21 juin.

    Le Sénat des États-Unis a approuvé une variante du budget de la Défense pour 2019 qui prévoit l'arrêt de la participation de la Turquie au programme de production et d'utilisation du chasseur américain de cinquième génération F-35.

    Lire aussi:

    The Telegraph explique de quoi les USA ont peur en livrant des F-35 à la Turquie
    F-35: Ankara trouvera ailleurs des chasseurs en cas de refus des USA
    Ankara enverrait un signal aux USA en étudiant l’achat de Su-57 russes au lieu des F-35 US
    Tags:
    marché, collaboration, défense antiaérienne, chasseur, armements, F-35 Lightning II, S-400, Lockheed Martin, OTAN, Mevlut Cavusoglu, Texas, Ankara, Turquie, États-Unis, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik