International
URL courte
8613
S'abonner

Le 20 juin, le Secret Service des États-Unis a été informé par Melania Trump sur des menaces contre son fils Barron Trump publiées sur le Twitter de l’acteur Peter Fonda, qui aurait notamment proposé de placer le seul enfant du couple présidentiel dans une cage avec des pédophiles.

Melania Trump a fait savoir au Secret Service des États-Unis, qui protège le Président américain et sa famille, que l'acteur Peter Fonda avait écrit des menaces contre le fils de 12 ans du couple présidentiel Barron Trump sur Twitter, annonce The Hill.

«Ce tweet était malsain et irresponsable», a déclaré au quotidien Stephanie Grisham, porte-parole de Mme Trump.

M.Fonda, connu pour le film culte des années 1960 Easy Rider, a publié vendredi un violent message sur son compte Twitter. Plus tard, la publication a été retirée.

«Nous devrions arracher Barron Trump des mains de sa mère et le placer dans une cage avec des pédophiles et regarder si sa mère se dressera contre le grand connard qu'elle a épousé», indiquait son message selon The Hill.

​Le quotidien indique que l'incident s'est produit sur fond de vague de critiques provoquée par la politique de «tolérance zéro» contre la migration clandestine, menée par l'administration Trump. Selon les autorités américaines, les arrestations systématiques des illégaux à la frontière avec le Mexique ont conduit, depuis mi-avril, à la séparation de 2.342 enfants de leurs parents.

Auparavant, la Première dame américaine avait annoncé sa détermination à «avoir un impact positif» sur les enfants sur son Twitter. Cette affirmation de Mme Trump a provoqué un tollé dans la twittosphère.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
Un chien intrépide attrape un serpent pour le projeter à travers un pré – vidéo
La science admet la possibilité «d’attraper» le cancer
Tags:
fils, président, menaces, migration, United States Secret Service (USSS), Barron Trump, Melania Trump, Donald Trump, États-Unis
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik