Ecoutez Radio Sputnik
    Nikki Haley

    Human Rights Watch joue le jeu de la Russie, selon les USA

    © AP Photo / Andrew Harnik
    International
    URL courte
    13119

    Washington pourrait renoncer à sa collaboration avec Human Rights Watch et d’autres groupes humanitaires qui n’ont pas soutenu son projet de réforme du Conseil des droits de l’Homme des Nations unis, selon l’ambassadrice américaine à l’Onu, Nikki Haley.

    Les États-Unis pourraient arrêter de travail conjointement avec l'organisation internationale de défense des droits de l'Homme Human Rights Watch (HRW) et avec d'autres groupes qui n'ont pas soutenu la proposition américaine de réforme du Conseil des droits de l'Homme, a annoncé Nikki Haley dans une lettre adressée à l'organisation.

    Selon Nikki Haley, les États-Unis n'ont reçu aucun amendement écrit d'aucun État concerné par leur projet de résolution «sur le renforcement du Conseil des droits de l'Homme» envoyé le mois dernier à un petit groupe de pays et proposant, entre autres, d'en finir avec la partialité «de l'ordre du jour anti-israélien».

    «Les démarches de la Russie et de la Chine, ainsi que votre lettre conjointe (la lettre de 18 organisations de défense des droits de l'homme, ndlr) demandant aux États membres de s'opposer à notre résolution et de ne pas travailler sur son texte ont été les seules réponses écrites», a signalé la diplomate américaine.

    De cette façon, elle a souligné que HRW «avait pris le parti de la Russie et de la Chine contre les États-Unis en matière des droits de l'Homme».

    Mardi 19 juin, Washington a annoncé son retrait du Conseil des droits de l'Homme invoquant, entre autres raisons, sa «partialité chronique» contre Israël.

    Human Rights Watch a fustigé cette décision. Son directeur exécutif, Kenneth Roth, déplorant le vide laissé par le manque de leadership américain:

    «Le retrait de l'administration Trump est un triste reflet de sa politique unidimensionnelle des droits humains: la défense des abus israéliens contre la critique prime sur tout autre chose», a-t-il déploré.

    «Au lieu de transformer en boucs émissaires les organisations de défense des droits de l'Homme, l'administration Trump devrait réfléchir à sa propre stratégie erronée. Accuser les autres de ses propres erreurs est la pratique traditionnelle des dirigeants violant les droits de l'Homme», a-t-il renchéri.

    Selon lui, Nikki Haley a menacé de dresser une liste des pays qui ne l'avaient pas soutenue à l'Onu.

    «Mais nous ne nous attendions pas à ce qu'elle porte sur cette liste des organisations des droits de l'Homme indépendantes», a indiqué M. Roth dans sa déclaration.

    Lire aussi:

    Y être ou ne pas y être: le Conseil des droits de l’Homme de l’Onu sans les USA?
    Pour l'UE, Washington nuit à son rôle de défenseur de la démocratie
    Radotages antirusses: Nikki Haley, remix moderne de Caton l'Ancien?
    Tags:
    réformes, Conseil des droits de l'homme de l’ONU, Human Rights Watch (HRW), Kenneth Roth, Nikki Haley, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik