International
URL courte
12552
S'abonner

La Hongrie, la République tchèque, la Slovaquie et la Pologne ont exclu de participer au mini-sommet européen sur l'immigration programmé pour dimanche.

Critiques sur la politique migratoire européenne, les pays du groupe de Visegrad ont refusé de prendre part au mini-sommet de l'UE sur le sujet qui se déroulera à Bruxelles le 24 juin.

«Le mini-sommet de dimanche est inacceptable, et nous n'allons pas y participer. Ils veulent réanimer une proposition que nous avons déjà rejetée», a fait savoir le Premier ministre polonais Mateusz Morawiecki au terme d'une réunion avec ses homologues hongrois, tchèque et slovaque à Budapest.

Le dirigeant hongrois Viktor Orban a pour sa part souligné que la tenue du mini-sommet sur l'immigration était «contraire aux habitudes de l'UE».

Dans le même temps, les chefs de gouvernement du groupe de Visegrad ont promis de prendre part au sommet régulier de l'Union européenne programmé pour les 28 et 29 juin, également à Bruxelles.

Le mini-sommet de dimanche doit réunir au moins une dizaine de dirigeants européens, dont le Président français Emmanuel Macron. Selon un document de travail provisoire obtenu par l'AFP, les participants à la réunion s'engageront notamment à accélérer les renvois de demandeurs d'asile d'un pays de l'UE vers un autre.

Dans le même temps, le texte prévoirait la mise en place d'un «mécanisme de solidarité» avec une répartition obligatoire des migrants parmi les différents pays membres, une proposition qui provoque l'ire des pays de Visegrad depuis plus de deux ans.

Lire aussi:

Un maire annonce un reconfinement de cinq semaines avant de faire marche arrière - vidéo
«Scandalisé» par Génération identitaire, Darmanin met à l'étude sa dissolution
Le frère d’un des émeutiers du Capitole avait dirigé le service de sécurité de Michelle Obama
Deuxième nuit d'émeutes aux Pays-Bas après l'imposition du couvre-feu - images
Tags:
sommet, immigration, Union européenne (UE), Groupe de Visegrad, Emmanuel Macron, Mateusz Morawiecki, Viktor Orban, Pologne, Hongrie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook