Ecoutez Radio Sputnik
    Un sous-marin russe

    Quels atouts «secrets» cache la marine russe?

    © Sputnik . Vasiliy Batanov
    International
    URL courte
    8353

    L’Otan et ses alliés doivent se méfier de la «marine russe secrète», Direction principale de la recherche en eau profonde du ministère russe de la Défense, qui dispose de l’armement et de l’équipement les plus avancés et qui est capable de réaliser les opérations les plus incroyables, annonce le média du centre d’analyse australien Lowy Institute.

    En plus de ses navires, de ses sous-marins et de ses missiles de croisière, la Russie dispose d'une «marine secrète», indique The Interpreter, média du centre d'analyse australien Lowy Institute.

    Il s'agit de la Direction principale de la recherche en eau profonde du ministère russe de la Défense. Ses navires et son personnel sont déployés dans des bases séparées, dont l'infrastructure est cachée pour éviter une surveillance, indique The Interpreter.

    Ces mesures s'expliquent par les objectifs de la Direction: la reconnaissance océanographique, le déploiement et la maintenance de matériels militaires en eau profonde, y compris de systèmes de détection des sous-marins.

    James Bond, lui-même, pourrait être jaloux des équipements utilisés par cette unité, estime l'auteur de l'article. Il s'agit du navire de recherches Yantar, porteur d'appareils en grande profondeur, du système de surveillance sous-marine Harmonie et des nouveaux appareils sous-marins non habités Poséidon.

    Mais ces dispositifs ne sont pas les plus avancés par rapport aux stations en grande profondeur, telles que Nelma, et des sous-marins de poche spéciaux, qui seraient transportés par des sous-marins BS-64 et BS-136 de classe Delta IV équipés récemment de missiles balistiques, indique le portail.

    Quant à l'atout principal de la Direction, c'est le sous-marin Belgorod le plus long du monde, qui serait une base mobile d'appareils en grand profondeur et de drones sous-marins Poséidon, suppose The Interpreter.

    Bien que cette unité spéciale ne soit pas grande par rapport à la marine russe, l'Otan et ses alliés ne doivent pas la sous-estimer. La Direction principale de la recherche en eau profonde collecte des données de câbles de communication sous-marins, qui pourraient être détruits par la «marine russe secrète» dans le cas d'un conflit, conclut le portail.

    Auparavant, le quotidien The Hill avait indiqué que la marine russe était capable d'endommager les câbles sous-marins à fibre optique pour perturber les contacts des États-Unis avec le monde extérieur.

    Lire aussi:

    Ce sous-marin nucléaire russe qui intrigue les experts US
    Le «duel contre le sous-marin russe» pour cacher la honte de la flotte britannique
    La Marine russe bientôt équipée du plus grand sous-marin au monde
    Tags:
    matériels de guerre, défense, renseignement, sous-marins, sous-marin autonome non habité, BS-64 Podmoskovié (K-64), ministère russe de la Défense, Marine russe, OTAN, États-Unis, Australie, Russie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik