Ecoutez Radio Sputnik
    ONU

    Le secrétaire général de l’Onu révèle ce qui aurait pu lui rapporter un million de dollars

    © REUTERS / Denis Balibouse
    International
    URL courte
    3142

    La question d'une éventuelle réforme des Nations unies se pose à l'ordre du jour depuis plusieurs années et concerne notamment l'élargissement du nombre des membres permanents du Conseil de sécurité, a déclaré à Sputnik le secrétaire général de l'Onu, Antonio Guterres, dans le cadre du Club de discussion Valdaï.

    Lors d'une conférence de presse dans le cadre du Club de discussion Valdaï, le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a constaté que le besoin de régler le problème de la réforme de l'Onu, avant tout de son Conseil de sécurité, se faisait sentir depuis plusieurs années. «Est-ce qu'une telle réforme est réalisable dans une perspective à court terme?», a demandé Sputnik.

    «Voici une question à un million de dollars. Si seulement je pouvais y répondre… J'aurais gagné ce million! Je suis certain que la réforme du Conseil de sécurité [de l'Onu, ndlr], c'est très important. J'en ai déjà parlé et je suis entièrement d'accord qu'aucune réforme de l'Onu n'est possible sans une réforme du Conseil de sécurité», a-t-il souligné.

    Toutefois, a poursuivi Antonio Guterres, «la question relève des pays membres», c'est à eux de décider s'il faut avancer dans ce sens.

    En outre, «c'est une tâche très difficile. Je pense que sur les aspects méthodologiques, où le progrès est possible et relativement facile à réaliser (et un tel progrès a été fait récemment), il existe des variantes de la composition [du Conseil de sécurité, ndlr] ou de son élargissement qui me semblent assez simples à débattre, bien qu'en elles-mêmes elles ne soient pas si simples», a-t-il noté.

    Toujours selon Antonio Guterres, la question la plus difficile est l'entrée de nouveaux pays au sein du Conseil de sécurité en qualité de membres permanents.

    «Et là, je suis contraint de reconnaître que nous sommes encore loin de la situation où une solution pourrait être trouvée», a-t-il ajouté pour conclure.

    Dans une interview accordée précédemment à la chaîne de télévision suédoise SVT, Antonio Guterres avait affirmé que l'Onu ne reflétait plus l'équilibre des forces dans le monde et ne correspondait pas aux réalités d'aujourd'hui. Selon lui, certains pays abusent du droit de veto. Le secrétaire général de l'Onu a souligné qu'une réforme totale serait impossible sans changements dans le fonctionnement du Conseil de sécurité.

    Auparavant, Vladimir Poutine avait également reconnu la nécessité d'une réforme des Nations unies. Il a fait remarquer que les changements devaient être soutenus par la majorité des membres de l'organisation internationale.

    Lire aussi:

    «Pour rester vivante», l'Onu doit se perfectionner, a déclaré Lavrov
    Moscou veut proposer son adjoint au secrétaire général de l'Onu
    Attaques médiatiques contre le veto russe au Conseil de sécurité : un nouvel épisode
    Tags:
    pays-membres, réformes, questions, Club de discussion Valdaï, Conseil de sécurité de l'Onu, ONU, Sputnik, Antonio Guterres, Vladimir Poutine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik