International
URL courte
8391
S'abonner

L’arme utilisée à Latamné, en Syrie, était un obus explosif et non une bombe chimique, a indiqiué vendredi le ministère russe de la Défense.

L'analyse des photos de la munition récupérée à Latamné, en Syrie, a montré qu'il s'agissait de fragments d'un obus explosif ordinaire et non d'une bombe chimique, a déclaré vendredi la Défense russe.

Du sarin a été ajouté intentionnellement dans les échantillons par des provocateurs afin d'accuser les forces gouvernementales syriennes, a affirmé le ministère.

«Le cratère qui s'est formé suite à l'explosion n'a pas l'air d'un cratère formé par un obus chimique d'avion mais ressemble trop à un cratère de cette "bombe chimique d'avion" que les Casques blancs ont imité à Khan Cheikhoun», a indiqué Igor Kirillov, commandant des forces de protection chimique, lors d'un point presse conjoint des ministères russes des Affaires étrangères et de la Défense consacré à l'enquête sur l'utilisation d'armes chimiques en Syrie.

La ville syrienne de Latamné a été attaquée le 24 mars 2017. Aucun mort n'avait été à déplorer, mais une trentaine de personnes avaient été blessées. Selon un rapport de l'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques (OIAC), du sarin, un agent chimique interdit par les conventions internationales, avait été utilisé ce jour-là.

Lire aussi:

«Il a tiré quatre balles dans la poitrine d’Asoman»: après qu’on a abattu son chien, elle pense à fuir l’Afghanistan
Pavlenski détenait d’autres vidéos X de Griveaux, assure Le Monde
Ce que l'on sait sur Alexandra De Taddeo, la compagne de Pavlenski qui aurait reçu les vidéos X de Griveaux
Des robots-animaux filment la chasse à couper le souffle d’un grand requin blanc – vidéo
Tags:
armements, Syrie, Russie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook