Ecoutez Radio Sputnik
    Le drapeau de la Grèce

    Crise de la dette: la fin de l’odyssée grecque?

    © Sputnik . Alekseï Vitvitski
    International
    URL courte
    17421

    Dans la nuit de jeudi à vendredi, la page de huit ans de la crise de la dette publique grecque qui avait à l’époque remis en question l’existence même de la zone euro a été enfin tournée par les ministres des Finances de la zone réunis à Luxembourg.

    Les ministres des Finances de l'Eurogroupe réunis à Luxembourg se sont entendus vendredi sur les modalités de sortie de la Grèce des programmes d'aide, dont les mesures d'allégement de sa dette, lancés en 2010.

    Les ministres ont convenu de libérer Athènes de la tutelle de ses créanciers (zone euro et Fonds monétaire international) à partir du 20 août prochain, date à laquelle la Grèce pourra recommencer à se financer seule sur les marchés.

    Les Européens ont accepté d'allonger de dix ans les échéances de remboursement d'une grande partie de cette dette — dont le niveau reste le plus élevée de l'UE (180% de son PIB) — et de permettre aux Grecs de commencer le remboursement d'une partie de leurs prêts à partir de 2032, contre 2022 jusqu'à présent.

    Ils se sont également entendus sur le versement d'une toute dernière tranche d'aide, de 15 milliards d'euros, contrepartie aux 88 dernières réformes accomplies par la Grèce au cours des dernières semaines.

    Sur cette somme, 5.5 milliards sont destinés au service de la dette et 9.5 milliards alimenteront un «matelas financier» de plus de 24 milliards d'euros pour les 22 mois qui suivront sa sortie du programme.

    «La Grèce quittera le programme en ayant un matelas de liquidité considérable de 24.1 milliards d'euros couvrant les besoins en financement souverain pour 22 mois environ après la fin du programme en août 2018», stipule la déclaration adoptée par les membres de l'Eurogroupe.

    «Pour la Grèce, ce sont huit ans d'efforts et de sacrifices qui s'achèvent et un nouveau chapitre qui s'ouvre. Pour la zone euro, la conclusion du programme met un point final symbolique à une crise existentielle pour notre monnaie unique, une crise à laquelle elle a survécu», s'est félicité via Twitter le commissaire européen aux Affaires économiques Pierre Moscovici .

    Lire aussi:

    Pauvreté, prostitution, chômage, dette… l’UE qui rit, la Grèce qui pleure
    Sortie de la Grèce de son 3e plan d’aide: bouffée d’air pour l’économie ou 4e mémorandum?
    Grèce: huit ans de crise et de combat
    Tags:
    programme d'aide, dette grecque, crise, Eurogroupe, Pierre Moscovici, Grèce
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik