Ecoutez Radio Sputnik
    Alger

    Le Premier ministre algérien s’exprime sur les attaques ciblant son pays

    CC BY-SA 4.0 / Yelles / Le Musée des Beaux-Arts d'Alger vu depuis le Jardin d'Essai
    International
    URL courte
    237710

    L’Algérie est attaquée car elle refuse de céder sur sa souveraineté et parce qu’elle est fidèle aux principes fondateurs de sa diplomatie. C’est ce qu’a déclaré le Premier ministre algérien, le 21 juin, lors de l’ouverture de la 5e session du Conseil national de son parti, en affirmant que l’Algérie payait ainsi le prix de ses positions.

    Par les attaques que l'Algérie subit sur la question des migrants, du Sahara occidental, elle paye le prix de sa souveraineté et de «sa fidélité à des principes en politique étrangère». C'est ce qu'a déclaré Ahmed Ouyahia, le Premier ministre algérien, lors de l'ouverture de la 5e session du Conseil national de son parti, le Rassemblement national démocratique (RND), le 21 juin dans la ville de Zéralda, à l'ouest de la capitale, Alger.

    Le responsable a notamment pointé du doigt l'agression terroriste que l'Algérie a subi pendant la décennie noire durant les années 1990, l'inondation du territoire algérien par de la drogue venant de l'étranger et la dernière tentative de sa déstabilisation par ce qui est appelé le printemps arabe.

    «Parce que l'Algérie n'accepte pas d'être un centre de rétention des migrants africains au bénéfice de l'Europe, elle est la cible d'attaques d'organisations extérieures qui osent même l'accuser de racisme», a déclaré le Premier ministre, affirmant qu'«à tout cela s'ajoute pour notre pays, le prix qu'il doit payer à sa fidélité à des principes en politique étrangère, ainsi que son attachement constant à son indépendance de décision dans le concert des nations».

    Pour le Premier ministre, les dernières attaques que son pays a essuyées de la part du Maroc sont dues essentiellement au soutien infaillible que l'Algérie apporte au peuple sahraoui dans sa lutte pour l'indépendance, en défendant son droit à l'autodétermination.

    Évoquant la situation au Sahel et au Maghreb, M.Ouyahia a déclaré que ces régions étaient devenues instables à cause notamment de la guerre en Libye et de l'afflux dans ce pays des combattants des organisations terroristes vaincues en Syrie et en Irak.

    À propos de la cause palestinienne, qui est une question centrale pour la paix et la stabilité dans le monde, et pour laquelle la diplomatie algérienne a dernièrement remporté une victoire à l'Onu en faisant adopter, avec la Turquie, une résolution appelant à la protection des palestiniens dans la bande de Gaza, le responsable a affirmé que «les récents massacres de l'occupant sioniste contre le peuple palestinien sont la plus flagrante illustration de l'impunité totale garantie à Israël».

    C'est à cause de toutes ces positions sur lesquelles l'Algérie est intransigeante, a affirmé Ahmed Ouyahia, que son pays est devenu la cible d'attaques extérieures. «(…) devant la solidité de notre unité nationale face à toutes les manœuvres qui ont ciblé l'Algérie, depuis l'agression terroriste jusqu'au complot du printemps arabe, nous sommes de plus en plus la destination d'un flot de drogue pour détruire notre tissu social et surtout notre jeunesse», a souligné le responsable.

    En conclusion, le Premier ministre a relevé que «le monde d'aujourd'hui est trop marqué par l'injustice, l'instabilité et même l'incertitude pour que cela n'interpelle pas notre vigilance et notre mobilisation». «C'est donc face à toutes ces réalités que nous devons apprécier chaque jour l'importance de la sécurité, de la stabilité et du développement que connaît notre pays», a-t-il conclu.

    Pour rappel, à l'ouverture de ce Conseil national du RND, Ahmed Ouyahia a appelé le Président Abdelaziz Bouteflika à briguer un cinquième mandat. Âgé de 81 ans et fortement diminué depuis un AVC en 2013, Abdelaziz Bouteflika préside aux destinées de l'Algérie depuis avril 1999.

    Lire aussi:

    Erdogan à Alger, pourra-t-il booster l’économie et régler les divergences géopolitiques?
    Macron pourrait-il donner un nouveau souffle aux relations algéro-françaises?
    Alger s’oppose aux attaques virulentes et aux discours de «faillite politique»
    Tags:
    conflit israélo-palestinien, trafic de drogue, principes, diplomatie, Abdelaziz Bouteflika, Ahmed Ouyahia, Maghreb, Sahel, Algérie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik