Ecoutez Radio Sputnik
    Les Casques blancs syriens (archive photo)

    Défense russe: des échantillons à Saraqeb truqués par les Casques blancs

    © AP Photo / Syrian Civil Defense White Helmets
    International
    URL courte
    10350

    Le ministère russe de la Défense a jugé que les Casques blancs avaient trafiqué les échantillons envoyés dans le cadre de l’enquête sur l’«attaque chimique» présumée du 4 février à Saraqeb.

    Le commandant des Troupes de la défense radioactive, chimique et biologique des Forces armées russes, Igor Kirillov, a commenté le rapport de la mission de l'OIAC  qui est chargée d'enquêter sur la présumée attaque chimique du 4 février à Saraqeb, dans le gouvernorat d'Idlib.

    «Selon la pratique déjà établie et utile pour certains, la Mission a mené une enquête à distance confortable et a préparé un rapport dans lequel elle est arrivée à la conclusion que dans la banlieue de Saraqeb "le chlore avait probablement été utilisé comme arme chimique diffusée par des ballons à l'aide d'un procédé mécanique"», a déclaré le responsable russe au cours d'un briefing conjoint des ministères russes des Affaires étrangères et de la Défense.

    Selon lui, les deux laboratoires de l'OIAC qui ont analysé les échantillons remis par l'ONG Casques blancs ont obtenu des résultats contradictoires: «un laboratoire a trouvé des composés de chlore organique dans 14 échantillons, et l'autre dans aucun.» Certains échantillons contenaient des traces d'explosifs, mais des témoins ont signalé qu'il n'y avait pas eu d'explosion des ballons, a souligné le responsable russe.

    Les deux laboratoires ont identifié, dans les échantillons, des produits chimiques qui ne sont pas liés au chlore, a déclaré M.Kirillov, soulignant qu'il n'y avait pas non plus de concordance complète des résultats de l'analyse des échantillons concernant ces substances.

    «La mission de l'OIAC  ne prend pas ce fait en compte, indiquant seulement que "les échantillons contiennent des produits chimiques qui ne peuvent pas être expliqués comme étant naturellement présents dans l'environnement ou liés au chlore". À notre avis, la seule explication de la présence de ces substances dans les échantillons ne peut être que leur introduction délibérée par les Casques blancs, qui ont livré les échantillons à la mission», a conclu M.Kirillov.

    L'Organisation pour l'interdiction des armes chimiques a confirmé le 16 mai que du chlore avait été «vraisemblablement utilisé comme arme chimique» en février lors d'une attaque contre la ville syrienne de Saraqeb.

    Le rapport de l'OIAC sur «l'attaque chimique» présumée du 4 février à Saraqeb, dans le gouvernorat d'Idlib, avait pour but de discréditer le gouvernement légitime syrien dans une optique qui profite aux terroristes, a estimé en réponse la diplomatie russe.

    Lire aussi:

    Moscou: le récent rapport de l’OIAC sur une «attaque chimique» visait à discréditer Damas
    Moscou: les pays ayant frappé la Syrie veulent que l'OIAC fasse porter le chapeau à Damas
    OIAC: aucun agent innervant n'a été retrouvé dans les échantillons de Douma
    Tags:
    ministère russe de la Défense, Casques blancs syriens, Russie, Idlib, Saraqib
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik