International
URL courte
7985
S'abonner

La livraison de F-35 à Ankara empêcherait la Turquie de promouvoir la fabrication de ses propres avions, estime un général-major turc à la retraite contacté par Sputnik.

S'ils finissent par renoncer à la livraison d'avions de chasse F-35 à la Turquie, les États-Unis lui «rendront un très grand service», estime le général-major turc à la retraite Beyazıt Karataş dans un entretien accordé à Sputnik.

Selon cet officier, l'acquisition de chasseurs américains par Ankara rendra les forces aériennes turques «dépendantes à 100%» des États-Unis et empêchera la fabrication des avions de conception nationale.

«Aujourd'hui, il faut réduire notre dépendance [envers les USA, ndlr] au lieu de se laisser duper par la vue impressionnante des chasseurs de cinquième génération», a indiqué l'interlocuteur de l'agence.

M.Karataş reconnaît toutefois que de nombreux spécialistes considèrent le F-35 comme un «chasseur idéal».

«Cependant, il faut être conscient du fait que les F-35 échapperont à notre contrôle sur le plan national en raison de leur système d'information logistique autonome intégré. En achetant ces avions, la Turquie (…) se verra privée de la possibilité de contrôler et coordonner le travail de ses aéronefs», affirme-t-il.

«Du point de vue économique, cette méthode est peut-être bonne, mais il faut se rappeler que les relations turco-américaines ne sont plus au même niveau. Cela rend inutile toute comparaison entre le F-35 et le Su-57. La Turquie doit étudier cette question du point de vue stratégique et non technique», souligne le général.

Lire aussi:

Fabrice Di Vizio raccroche: «On est arrivés à un niveau de haine sociale que je ne sais plus gérer»
Zemmour détourné en Zob: une présentatrice de France Inter se moque et provoque un tollé
Sous-marins: la Maison-Blanche réagit à la colère française en renvoyant à l’Australie le soin de s’expliquer
Tags:
États-Unis, Turquie, Beyazıt Karataş, F-35 Lightning II, avions, chasseur
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook