Ecoutez Radio Sputnik
    Mike Pompeo

    Nucléaire iranien: Pompeo menace Téhéran de la «colère du monde entier»

    © AFP 2018 SAUL LOEB
    International
    URL courte
    27366

    Le chef de la diplomatie américaine a mis Téhéran en garde contre la reprise de son programme nucléaire, évoquant «un opprobre moral et un impact économique» qui frapperaient le pays en ce cas.

    Indépendamment du sort de l'accord nucléaire iranien, Téhéran ferait mieux de ne pas poursuivre son programme nucléaire, a prévenu le secrétaire d'État Mike Pompeo.

    Selon le chef de la diplomatie américaine, si l'Iran reprend son programme nucléaire, «la colère du monde entier» s'abattra sur la République islamique. Il a cependant tenu à préciser qu'il ne s'agissait pas d'une éventuelle action militaire.

    «Lorsque je dis colère, je parle de l'opprobre moral et d'un impact économique qui les frapperont. C'est ce que je voulais dire», a expliqué M.Pompeo dans un entretien accordé au journaliste Hugh Hewitt.

    Dans le même temps, le secrétaire d'État a rappelé les «déclarations sans ambiguïté» du Président Trump concernant les capacités de l'Iran à se doter de l'arme nucléaire.

    Le 8 mai dernier, Donald Trump a annoncé que son pays se retirait de l'accord signé en 2015 entre des grandes puissances et l'Iran, qui avait accepté d'abandonner son programme nucléaire en échange de la levée d'une partie des sanctions internationales.

    Les États-Unis ont ainsi rétabli leurs sanctions visant l'Iran ainsi que les entreprises ayant des liens avec Téhéran et qui ont 180 jours, jusqu'au 4 novembre, pour se retirer de la République islamique.

    Lire aussi:

    Nucléaire iranien: Trump promet des sanctions contre les entreprises européennes
    Si les USA veulent la guerre, qu’ils sachent que l’Iran «répondra avec tous les moyens»
    Moscou: le retrait US de l'accord iranien vise à politiser le dossier
    Tags:
    représailles, menaces, programme nucléaire iranien, sanctions, Mike Pompeo, Donald Trump, Iran, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik