Ecoutez Radio Sputnik
    Macron  au Forum de Saint-Pétersbourg

    «Arrogant Président»: Macron creuserait un abîme entre Paris et Rome sur l’immigration

    © Sputnik . Ramil Sitdikov
    International
    URL courte
    44893

    Le Président français ferait mieux de «cesser ses injures» et de manifester «une générosité concrète» afin d’atténuer la crise migratoire, estiment les deux vice-présidents du Conseil italiens. C’est les propos d’Emmanuel Macron sur le problème d’immigration en Italie qui ont outré Rome.

    Les deux vice-présidents du Conseil italiens, Matteo Salvini et Luigi Di Maio, s'en sont pris au Président français à cause de ses déclarations à propos du problème migratoire. Samedi, lors d'une conférence de presse conjointe avec le Premier ministre espagnol Pedro Sanchez, Emmanuel Macron a déclaré que l'Italie n'avait pas «la même pression migratoire que celle qu'elle avait l'année dernière».

    Matteo Salvini, ministre italien de l'Intérieur, a rappelé que l'Italie avait été confrontée à 650.000 arrivées par mer au cours des quatre dernières années, à 430.000 demandes d'asile et à l'accueil de 170.000 «supposés réfugiés» pour un coût global de plus de cinq milliards d'euros.

    «Si pour l'arrogant Président Macron ce n'est pas un problème, nous l'invitons à cesser ses injures et à manifester au contraire une générosité concrète en ouvrant de nombreux ports de France et en laissant passer les enfants, les hommes et les femmes à Vintimille [une ville sur la frontière franco-italienne, ndlr]», lit-on dans son communiqué.

    Selon lui, «si l'arrogance française pense transformer l'Italie en camp de réfugiés pour toute l'Europe, peut-être en versant quelques euros de pourboire, elle se fourvoie complètement».

    L'autre vice-président du Conseil et ministre du Développement économique, du Travail et des Politiques sociales Luigi Di Maio s'est aligné sur les propos de M.Salvini.

    «Les déclarations de Macron sur le fait qu'il n'y a pas de crise migratoire en Italie démontrent qu'il est complètement déconnecté de la réalité», a ainsi jugé sur sa page Facebook M.Di Maio.

    D'après lui, l'Italie fait face à une situation migratoire d'«urgence», alimenté notamment par la France qui poursuit des «expulsions sur la frontière».

    «Macron pose la candidature de son pays à devenir l'ennemi numéro un de l'Italie sur la question migratoire», a-t-il conclu.

    Samedi, à l'issue de leur rencontre, Emmanuel Macron et Pedro Sanchez ont avancé une idée de la mise en place de «centres fermés sur le sol européen dès le débarquement» des migrants. Ils entendent présenter leur projet à leurs partenaires européens lors du mini-sommet qui doit se tenir ce dimanche à Bruxelles.

    La question migratoire s'est accentuée sur fond de l'affaire de l'Aquarius. Ce navire humanitaire qui transportait 630 migrants, a terminé le 17 juin sa route à Valence, en Espagne, après une errance d'une semaine en Méditerranée provoquée par le refus de l'Italie et de Malte de lui ouvrir leurs ports.

    Lire aussi:

    Qualifié d’«arrogant» sur fond de crise des migrants, Macron réplique à Rome
    Le président du Conseil italien dit s’il va rencontrer Macron après l’affaire des migrants
    L’entrevue Conte-Macron en danger suite aux propos de Paris contre Rome sur les migrants
    Tags:
    crise migratoire, immigration, Union européenne (UE), Luigi di Maio, Matteo Salvini, Emmanuel Macron, Rome, Italie, Paris, France
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik