Ecoutez Radio Sputnik
    Angela Merkel

    Merkel tente «de réviser le bilan de la Seconde Guerre mondiale»

    © AFP 2018 Ozan Kose
    International
    URL courte
    291041

    Selon Angela Merkel, l’expulsion des Allemands des pays d’Europe centrale et orientale après la Seconde Guerre mondiale est un acte «moralement et politiquement injustifiable». Le Président Miloš Zeman a exprimé son «profond désaccord» avec cette déclaration. Une militante tchèque a commenté les propos de la chancelière allemande pour Sputnik.

    La déclaration faite par Angela Merkel le mercredi 20 juin, à l'occasion de la Journée mondiale des réfugiés, est un vrai scandale, a estimé Vladimira Vitova, présidente de l'ONG Forum tchèque pour la paix et co-présidente de la plateforme de différents partis politiques «Alliance des forces nationales» (ANS), dans un entretien accordé à Sputnik.

    «Il est évident qu'elle [cette déclaration, ndlr] a pour objectif de réviser le bilan de la Seconde Guerre mondiale. Depuis longtemps déjà l'Allemagne prépare le terrain pour cela ici, en République tchèque, avec l'aide de certains de nos hommes politiques», a souligné l'interlocutrice de l'agence.

    Et de rappeler que ce qui est communément qualifié d'expulsion de la population allemande et le droit des Tchèques à des réparations après la guerre avaient été établis par les conclusions de la conférence de Potsdam.

    «Ces accords n'ont pas de délai de prescription et nous ne devons pas y renoncer. Par ailleurs, ces accords stipulent que les Allemands expulsés ne peuvent rien revendiquer. […] Le problème est que nous n'avons pas réclamé et ne réclamons toujours pas ce qui nous revient de droit. Ni avant la réunification de l'Allemagne, ni avant notre adhésion à l'Union européenne. Et les propos tenus par Mme Merkel ne font qu'illustrer la servilité de nos hommes politiques vis-à-vis des Allemands après 1989», s'est indignée Mme Vitova.

    En désaccord absolu avec la politique migratoire pratiquée par Angela Merkel, le Parti social-démocrate d'Allemagne (SPD) a appelé la diplomatie tchèque à protester contre «la provocation» et «le revanchisme» de la chancelière allemande, mais le ministère des Affaires étrangères de la République tchèque a préféré réagir sur un ton conciliant.

    «Nous soutenons totalement l'appel du SPD. […] Aussi, les militants du Forum tchèque pour la paix et de l'Alliance des forces nationales proposent-ils de lancer le moyen le plus efficace pour obtenir des réparations allemandes, en poursuivant notamment l'action intitulée «On ne parle pas avec Angela». Nous exigeons du gouvernement qu'il adopte enfin une position explicite concernant l'intention des Allemands des Sudètes d'organiser des rassemblements provocateurs sur notre sol. Nous exigeons aussi que nos hommes politiques n'effectuent pas de «voyages touristiques» en Allemagne où, sous couvert d'entretiens privés, les intérêts de notre pays sont trahis», a résumé l'interlocutrice de Sputnik.

    Lire aussi:

    Bild indique quel chef d’État est «le maître sur la scène internationale»
    Politicien tchèque: «la Grèce et l’Espagne bénéficient illégitimement des biens de l’UE»
    Zeman veut un référendum sur la sortie de la République tchèque de l'UE
    Tags:
    intérêts nationaux, provocation, manifestation, réparations, expulsions, ONG Forum tchèque pour la paix, Alliance des forces nationales (ANS), Parti social-démocrate allemand (SPD), Sputnik, Union européenne (UE), Miloš Zeman, Vladimira Vitova, Angela Merkel, Potsdam, Sudètes, Europe centrale, Europe de l'Est, République tchèque, Allemagne
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik