International
URL courte
152011
S'abonner

Le Président sortant Recep Tayyip Erdogan est crédité de 53,4% des voix après le dépouillement de 90% des bulletins de vote. Le parti de la justice et du développement, dont il est issu, recueille 42% des voix aux élections législatives. Il est à noter que, d’après des résultats préliminaires, le parti pro-kurde fait son entrée au parlement.

Sans attendre les résultats du dépouillement de 100% des bulletins de vote, Recep Tayyip Erdogan a annoncé avoir remporté les élections présidentielles dès le premier tour.

«Selon des résultats non officiels, notre peuple m'a confié la responsabilité de Président de la République», a déclaré M. Erdogan.

Il a également fait remarquer que le taux de participation avait atteint près de 90%, ce qui, selon lui, «donne une leçon de démocratie au monde entier»

Selon l’agence d’État Anadolu, Recep Tayyip Erdogan, candidat à sa propre succession lors de l'élection présidentielle anticipée qui s'est tenue ce dimanche, récolte 53,4% des voix après le dépouillement de 90% des bulletins de vote.

Son principal adversaire, Muharrem Ince, membre du Parti républicain du peuple (CHP), est crédité de 30,4% des suffrages exprimés.

Aux élections législatives anticipées qui se sont également tenues aujourd'hui, le Parti de la justice et du développement (AKP), dont Erdogan est membre, recueille 43,1% après le dépouillement le 90,17% des bulletins.

À cette heure, le CHP comptabilise 22,3% des voix, le Parti démocratique des peuples (HDP), formation pro-kurde, 10,64% et le Parti d'action nationaliste (MHP) associé à l'AKP, 11,37%.

Bien que les résultats définitifs de ses élections n'aient pas encore été proclamés, les partisans de Recep Tayyip Erdogan célèbrent déjà sa victoire près du palais présidentiel.

Lire aussi:

Un astéroïde géant fonce droit sur la Terre
«Nicole Belloubet a menti»: Montpellier porte plainte contre la garde des Sceaux
La consommation de cette huile pourrait modifier génétiquement votre cerveau
Coronavirus: l'épidémie «s'accélère», la situation est «grave», selon Xi Jinping
Tags:
Recep Tayyip Erdogan, Turquie
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via FacebookCommenter via Sputnik