Ecoutez Radio Sputnik
    La militante musulmane américaine Linda Sarsor prie pendant le mois sacré du Ramadan à Foley Square à Manhattan, New York

    À New York, une musulmane sur trois a été délibérément bousculée dans le métro

    © REUTERS / Amr Alfiky
    International
    URL courte
    91010

    Au cours des dernières années, les musulmans et d’autres minorités religieuses à New York ont été régulièrement les victimes de nombreux préjugés, de la discrimination et du harcèlement, allant parfois jusqu’à des agressions physiques, comme le rapporte la Commission des droits de l’Homme de la ville.

    La Commission des droits de l'Homme de New York a révélé les formes de discrimination auxquelles les minorités ethniques et religieuses ont été confrontées immédiatement après l'élection de Donald Trump à la présidence.

    Ainsi, deux personnes interrogées sur cinq (38,7%) ont entendu des remarques désagréables et une sur dix (8,8%) a souffert physiquement à cause de préjugés raciaux ou religieux. Plus de 3.100 musulmans, Arabes, Asiatiques, Juifs, Sikhs résidant à New York ont pris part à cette enquête. Le rapport relève les incidents qui ont eu lieu entre juillet 2016 et la fin de l'année 2017.

    Par exemple, 27% des femmes arabes musulmanes qui portent un hijab ont déclaré avoir été bouscoulées sur une plate-forme de métro, rapporte la commission.

    «Personne à New York n'a la permission de discriminer ou d'harceler les autres à cause de qui ou de ce qu'ils sont, d'où ils prient, ou du pays d'où ils viennent», a déclaré Carmelyn P. Malalis, présidente de la commission.

    «La Commission des droits de l'Homme de New York prend très au sérieux les incidents provoqués par des préjugés et nous sommes déterminés à les combattre».

    Lire aussi:

    La Maison-Blanche demande des fonds pour protéger la Trump Tower
    Deux juives prises pour des musulmanes agressées à New York
    L’Iran «a échangé des musulmans contre du pétrole», selon les États-Unis
    Tags:
    harcèlement, préjugés, musulmans, discrimination, Donald Trump, États-Unis
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik