International
URL courte
3100
S'abonner

Les autorités du Nicaragua ont qualifié de «préconçu» le rapport sur les victimes des désordres dans le pays, qui se poursuivent depuis le mois d’avril. Il a été publié par la Commission interaméricaine des droits de l'Homme. Selon le document, il s’agit de 212 morts.

Le gouvernement du Nicaragua a qualifié de «préconçues» les conclusions de la Commission interaméricaine des droits de l'Homme concernant les victimes suite aux désordres dans le pays qui se poursuivent depuis le mois d'avril. Cette déclaration a été faite par le ministre des Affaires étrangères, Denis Moncada, lors d'une réunion du Conseil permanent de l'Organisation des États américains (OEA).

«Le rapport est subjectif, préconçu et tendancieux. Il suffit de se référer à de nombreuses manifestations, au cours desquelles il n'y a pas eu un seul décès», a indiqué le portail Prensa en citant le ministre des Affaires étrangères.

Il a souligné que la violation des droits de l'Homme n'est pas le but de la politique du gouvernement du Nicaragua.

Hier, la Commission interaméricaine des droits de l'Homme a publié un rapport indiquant que, lors des manifestations au Nicaragua, au moins 212 personnes avaient déjà été tuées.

Les manifestations contre la réforme de la sécurité sociale, visant à augmenter le montant des allocations des employeurs et des travailleurs aux caisses d'assurance sociale, ont commencé le 18 avril. Le 23 avril, le président nicaraguayen Daniel Ortega a annoncé le retrait de ce projet de réforme.

Lire aussi:

Ces bonnes habitudes à prendre pour perdre du poids, selon une nutritionniste
La Chine assure qu'une pneumonie inconnue «beaucoup» plus mortelle que le Covid-19 se propage au Kazakhstan
La France franchit le cap des 30.000 morts du Covid-19
Dupond-Moretti «est exécrable»: les juges vent debout contre le nouveau Garde des Sceaux
Tags:
victimes, rapport, manifestation, désordre, Nicaragua
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook