Ecoutez Radio Sputnik
    Damas

    Deux missiles israéliens frappent près de l'aéroport de Damas

    © Sputnik . Mikhail Voskresensky
    International
    URL courte
    311097

    Deux missiles en provenance d’Israël sont tombés tôt mardi près de l'aéroport de la capitale syrienne. Dans le même temps, un autre «objet non identifié» aurait été repéré dans le ciel non loin de la frontière israélienne.

    Deux missiles israéliens ont frappé à proximité de l'aéroport international de Damas en Syrie aux premières heures de la journée de mardi, rapporte l'agence syrienne de presse Sana.

    Une source au sein des services de sécurité syriens a également indiqué à Sputnik que les systèmes de DCA avaient parallèlement intercepté un «objet non identifié» dans le ciel au-dessus de la ville de Kuneitra, dans le sud-ouest du pays, non loin de la frontière israélienne.

    Peu après les tirs contre l'aéroport, des djihadistes du Front al-Nosra* déployés dans la banlieue de Kuneitra ont lancé plusieurs roquettes contre les positions de l'armée syrienne, a indiqué l'interlocuteur de l'agence. Il a dit ne pas disposer d'informations concernant les éventuelles victimes ou dégâts.

    Les forces israéliennes ont tiré dimanche un missile antiaérien Patriot en direction d'un drone en territoire syrien, sans réussir à atteindre cet appareil sans pilote qui a rebroussé chemin.

    L'armée israélienne avait frappé en mai des dizaines de cibles militaires iraniennes en Syrie, en représailles au tir, effectué selon elle par les forces iraniennes, d'une vingtaine de roquettes en direction de ses positions sur le Golan, de l'autre côté de la ligne de démarcation.

    * Organisation terroriste interdite en Russie

    Lire aussi:

    Le pilonnage du territoire syrien par Israël en vidéo
    Israël réagit après une frappe de missiles près de l'aéroport de Damas
    La défense antiaérienne syrienne abat un avion israélien lors d'une attaque à Homs
    Tags:
    missile, Damas, Israël, Syrie
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik