Ecoutez Radio Sputnik
    Image d'illustration

    «Depuis le faux assassinat de Babtchenko on ne sait plus qui croire en Ukraine»

    © Sputnik . Anton Denisov
    International
    URL courte
    880

    L’interpellation de journalistes de médias russes en Ukraine est scandaleuse, estime le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes. Dans son commentaire à Sputnik, il a en outre commenté l’affaire de Kirill Vychinski, accusé de haute trahison par Kiev, et le projet de loi controversée dite «anti-fake news» en France.

    Le refus d’entrée de journalistes de médias russes en Ukraine

    En déplacement à Kiev pour une conférence de l’OSCE sur la liberté de la presse, le secrétaire général de la Fédération européenne des journalistes (IFJ) Ricardo Gutierrez a qualifié de «scandaleuse» l’interdiction de journalistes de médias russes d’entrer en Ukraine pour assister à ce même événement.

    «L’interpellation des deux journalistes russes qui souhaitaient assister à cette conférence est proprement scandaleuse. L’Ukraine comme tous les autres pays participant à l’OSCE a signé des engagements qui visent à permettre aux journalistes de l’ensemble des pays participants à l’OSCE de découvrir les événements et les faits dans l’ensemble de la zone couverte. […] Il est évident à nos yeux que ces journalistes devaient pouvoir accéder à cette conférence», a-t-il pointé.

    Et d’expliquer que l’IFJ comptait le dénoncer au Conseil de l’Europe pour la protection des journalistes.

    L’affaire Babtchenko

    Aborder la situation des journalistes dans le pays hôte de la conférence est impossible sans évoquer le cas de Kirill Vychinski, ce rédacteur en chef de l’agence RIA Novosti Ukraine inculpé par Kiev de haute trahison. Interrogé à ce sujet par la journaliste de Sputnik, Ricardo Gutierrez a pointé que sa détention était considérée comme abusive faute d’éléments qui la justifient.

    Le fait que les autorités ukrainiennes aient délivré de nouvelles informations ne changement pas la donne, car, souligne le secrétaire général de l’IFJ, «depuis le faux assassinat de Babtchenko, on ne sait plus qui croire en Ukraine».

    «Le sentiment de défiance est quasi-généralisé», souligne-t-il, ajoutant que l’affaire était montée par le Service de sécurité d'Ukraine et avait porté un coup aussi bien à la crédibilité du journalisme dans son ensemble qu’à celle de l’Ukraine.

    «Maintenant, quand les Forces de sécurité ukrainiennes viennent avec des éléments […] prétendument neufs sur l’arrestation de Vychinski on ne sait plus qui croire», a-t-il explicité.

    La préoccupante loi «anti-fake news»

    Ricardo Gutierrez ne cache pas sa préoccupation face à la proposition de loi anti-fake news en France. L’estimant comme «contreproductive» et simplement incapable de fonctionner, il explique que ce n’est pas aux juges de décider en procédure d’urgence où est le vrai et le faux.

    Et d’attirer l’attention que ce n’est jamais avec de la censure qu’on lutte contre la désinformation et qu’il s’agit d’une «mauvaise stratégie contreproductive et inefficace» à laquelle l’IFJ est résolument opposée.

    Lire aussi:

    «Nous restons sur notre position initiale: Vychinski doit être libéré», déclare Gutiérrez
    Au niveau de l’OSCE, la Russie intime à l’Ukraine de libérer le journaliste Vychinski
    Des t-shirts avec Vychinski ont rappelé au patron de l'OSCE le sort du journaliste russe
    Tags:
    loi anti-fake news, interpellation, liberté de la presse, journalisme, Service de sécurité d'Ukraine (SBU), Fédération internationale des journalistes (FIJ), OSCE, Arkadi Babtchenko, Kirill Vychinski, Ricardo Gutierrez, France, Russie, Ukraine
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik