Ecoutez Radio Sputnik
    Meghan Markle

    Encore une «interdiction» d'Élisabeth II à laquelle a dû se soumettre Meghan Markle

    © AP Photo / Matt Dunham
    International
    URL courte
    121643

    Quitter son boulot et son pays, fermer ses comptes sur les réseaux sociaux… La liste des choses auxquelles Meghan Markle doit dire «non» ne cesse de grandir. L’épouse du prince Harry s’est vu, par exemple, récemment interdire de consommer un de ses aliments favoris.

    Lorsqu'on fait partie d'une famille royale, on est obligé de suivre quelques règles. Meghan Markle a dû se soumettre à certaines interdictions depuis qu'elle est devenue l'épouse du prince Harry.

    Outre quitter son emploi, renoncer aux réseaux sociaux et changer ses habitudes vestimentaires, Meghan Markle a dû également dire «non» à la consommation d'ail lors des visites et voyages, relatent des médias britanniques, puisqu'avoir une mauvaise haleine lors des événements royaux ne serait pas la meilleure idée.

    Darren McGrady, chef royal au palais de Buckingham, a expliqué au Sunday Express:

    «Nous ne servons jamais rien avec de l'ail ou avec trop d'oignon. La reine n'a jamais de l'ail au menu.»

    Pourtant, Meghan Markle semble être fan de cet aliment, ayant récemment révélé l'une de ses recettes favorites, le poulet à la sauce philippine adobo combinant de l'ail, du soja et du vinaigre.

    Le mariage du prince Harry et de Meghan Markle a eu lieu le 19 mai 2018 au château de Windsor, à l'ouest de Londres. La fiancée du prince Harry est une actrice américaine née à Los Angeles. Elle est l'une des vedettes de la série télévisée «Suits: avocats sur mesure» depuis 2011.

    Lire aussi:

    Le père de Meghan Markle n’exclut pas un prochain heureux événement dans la vie du couple
    Mariage princier: pourquoi le père de Meghan Markle n’y assistera pas?
    Meghan Markle semble être décidée à habituer la famille royale à son look
    Tags:
    ail, produits alimentaires, Meghan Markle, prince Harry, reine Elisabeth II, Royaume-Uni
    Règles de conduiteDiscussion
    Commenter via FacebookCommenter via Sputnik