International
URL courte
0 142
S'abonner

La princesse japonaise Ayako est devenue la deuxième héritière japonaise en deux ans à annoncer qu'elle épousera un roturier, ce qui l'obligera à renoncer à son statut royal.

La Cour impériale du Japon a officiellement annoncé que la troisième et la plus jeune fille du prince Norihito Takamado épousera un homme de 32 ans, Kei Moriya, qui travaille dans une compagnie maritime.

Les deux futurs époux, qui se sont rencontrés il y a moins d'un an, marqueront officiellement leur engagement le 12 août et se marieront au sanctuaire Meiji-jingu de Tokyo le 29 octobre.

La princesse Ayako, qui a un master en protection sociale, a été présentée à Moriya par sa mère, la princesse Takamado, en décembre dernier, selon la maison impériale.

Le couple dit s'être rapproché sur la base d'un désir commun de contribuer à la prospérité mondiale. De plus, ils aiment tous les deux le ski, les livres et les voyages.

Selon les coutumes impériales, la fille perdra son rang royal dès que la cérémonie de mariage aura lieu.

Ayako n'est pas la première princesse qui a sacrifié son titre par amour. Mako Akishino, la petite-fille de l'empereur régnant du Japon, Akihito, et de l'impératrice Mitiko, s'est elle aussi liée avec un roturier. Les fiançailles ont eu lieu en septembre 2017. Cependant, en février de cette année, le couple a annoncé qu'ils n'étaient pas encore prêts pour le mariage.

Lire aussi:

Un très fort bruit d’explosion entendu à Paris et en Île-de-France
Détonation entendue à Paris: pourquoi l’avion de chasse a-t-il été mobilisé?
Ankara répond à Paris après les propos de Macron sur le Haut-Karabakh
Trump le «caniche de Poutine»? Le Kremlin s’exprime sur cette phrase de Biden
Tags:
princesse, titre, mariage, amour, Japon
Règles de conduiteDiscussion
Commenter via SputnikCommenter via Facebook